Accueil > Précis de lambertologie appliquée - Saison 25 : texte et commentaires de (...) > Débat au Club Politique Bastille

Débat au Club Politique Bastille

jeudi 7 janvier 2021, par Club Politique Bastille

Du débat au Club Politique Bastille : du Google group "pournotredebat" à la mise sur le site Internet du 19 octobre au 19 décembre 2020
Boîte de réception

Marc Boyer
ven. 25 déc. 2020 17:41 (il y a 8 jours)
Du débat au Club Politique Bastille : du Google group "pournotredebat" à la mise sur le site Internet du 19 octobre au 19 décembre 2020 Il reste certainement de

’FISCHER BERNARD’ via pournotredebat
sam. 26 déc. 2020 13:34 (il y a 7 jours)

À Pournotredebat

Il y a apparemment un problème de montage.

Premièrement, de mon point de vue, la véritable discussion commence par la diffusion du message de Chris Harman de 1994.

Deuxièmement, le message est trop long et, dans la version ci-dessous, le dernier message est le message dont le titre dénonce les idiots utiles.

Les derniers messages n’apparaissent pas.

Bernard

Du débat au Club Politique Bastille :
du Google group "pournotredebat" à la mise sur le site Internet
Deuxième version à partir du 24 octobre 2020

Finalement d’après le camarade Bernard, il faudrait débuter la compilation des messages échangés à partir du moment où le texte dit fondateur de l’ "islamo-gauchisme" de 1994 de Chris Harman "Le Prophète et le prolétariat" est cité.

Comme la question "De qui l’islamo-gauchisme est-il le nom ?" est posée dès le samedi 24 octobre 17h16, on partira donc de cette date.

On notera qu’il faudrait ne pas faire "trop long" tout en faisant dialectiquement apparaître les "derniers messages (qui) n’apparaissent pas".

Tous les camarades sont donc invités à suivre l’exemple du camarade Bernard et donc à signaler les textes oubliés tout en répondant à la question fameuse de Tchernichevski reprise par le camarade Oulianov, "Que faire ?"

Bonne année 2021 à tout le monde.

MB

02/01/21

NB. Rappelons l’invitation du 19 décembre 2020 :

"Pour le moment, je vous invite à notre visio conférence
le 11 janvier 2021 à 18h.
Patrick introduira le débat sur l’écologie

Bonne fête et bonne année !

Jacky"

*
**

ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE
Boîte de réception

FISCHER BERNARD
sam. 24 oct. 17:16

À FISCHER

https://blogs.mediapart.fr/alexis-dayon/blog/221020/toi-qui-mappelles-islamo-gauchiste-laisse-moi-te-dire-pourquoi-le-lache-cest-toi

http://www.fischer02003.over-blog.com/2020/10/enseignement-moral-et-civique.html

Toi qui m’appelles islamo-gauchiste, laisse-moi te dire pourquoi le lâche, c’est toi
Par Alexis Dayon

Jeudi 22 Octobre 2020

Depuis quelques jours, tu as donné le ton. Un collègue a été atrocement assassiné. Comme lui, j’enseigne l’Enseignement Moral et Civique (EMC) et, Vendredi 16 Octobre 2020, je me suis vu à sa place. Toi, il n’a pas fallu une heure pour que tu sois sur tous les réseaux et sur toutes les ondes pour scander. Toi, tu es brave. Toi, tu nommes l’ennemi. Moi, tu m’as tamponné un railleur pas d’amalgame et, depuis, je suis le lâche. Mais le lâche, c’est toi.

On t’a dit et redit que la formule appartenait à l’extrême-droite, qu’elle était le décalque exact du judéo-bolchévique brandi naguère par les pires personnes pensables. Cela ne t’a pas arrêté. Combien moins cela t’arrêtera, maintenant que l’expression saute de bouche en bouche sur toutes les lèvres de la république, de Bernard Cazeneuve à Marine Le Pen en passant par Jean-Michel Blanquer ou Manuel Valls. Cela y est, c’est entériné. Le mot porte le sceau de l’officialité et il doit exiger de s’armer d’une bravoure immense, que de parler comme toutes les bouches sur tous les canaux où des bouches parlent. Prenons le mot, donc, puisqu’il est adopté.

L’islamo-gauchisme, c’est ta création. Il n’y a pas grand doute à ce sujet. Tu me compteras au nombre des islamo-gauchistes. La vue d’une mère d’élève voilée ne m’emplit d’aucun effroi, ni non plus celle d’un voile porté par une femme dans la rue, à la plage ou en train de faire son jogging. Les rayons halals ne me paraissent pas être la succursale du terrorisme. Et la dénomination même que tu aimes tant employer, tu sais, ton fameux problème de l’islam, me paraît scandaleuse, parce que je n’aime pas dire à cinq millions de mes concitoyens, cinquante fois le jour, que leur existence est un problème.

Bref, je coche les cases. Je suis un islamo-gauchiste. Enfin, il paraît. C’est toi qui me le dis. Ce mot, c’est toi qui m’en affubles. Moi, je me sens islamo-que dalle. Moi, les musulmans, en tant que tels, je n’en pense rien. J’en ai rencontré des éclairés, des rétrogrades, des bons et des vils, il y en a que je compte pour des amis et d’autres que j’aurais du mal à supporter ne serait-ce que le temps d’une conversation, comme partout, comme avec tout le monde, en fait. Les communautés, en règle générale, je n’en pense rien. C’est à peine si je sais que cela existe et, généralement, quand cela existe, je crois que c’est surtout parce qu’il y a des personnes comme toi qui assignent des personnes diverses à une catégorie unique et qui, par l’acte même d’assigner, produisent chez ces personnes une communauté réelle de condition et d’intérêt qui est de devoir réagir à l’assignation. En un autre temps, déjà, Jean-Paul Sartre expliquait que c’est l’antisémite qui, en décidant qu’il y a une question juive, fait le juif.

En ce qui me concerne, je ne me compte que des concitoyens dont je voudrais qu’on respecte les droits, qu’on leur foute la paix et qu’on arrête de leur demander de rendre des comptes pour des actes qu’ils n’ont pas commis, ou de décréter que leurs paroles et leurs actes ont un autre sens que celui qu’ils revendiquent. Un peu comme, quand une femme porte un voile parce qu’elle dit que c’est sa façon d’aimer dieu, et que toi, tu décrètes qu’elle le fait pour affirmer sa soumission aux hommes, parce que tu en as décidé ainsi et que, puisque tu en as décidé ainsi, alors c’est que toutes les femmes voilées font la promotion politique du patriarcat musulman, et que toi, très sensible à la domination du patriarcat, surtout musulman, tu es donc légitime à ouvrir la chasse générale aux femmes voilées. En sortie scolaire, provocation, à la plage, provocation, au rayon course à pied chez Decathlon, provocation, et à la télévision dans un tutoriel cuisine, provocation, allons droit au but, pour toi, c’est leur existence qui est une provocation. Que t’ont-elles fait ?

Les femmes qui portent le voile, par leur existence même, t’offensent et toi, tu ne supportes pas l’offense, tu as cela de commun avec celui que tu crois être ton ennemi, alors qu’il est bien plutôt ton reflet.

La loi dit qu’elles ont le droit, mais soyons honnêtes : tu t’en moques qu’elles aient le droit et tu t’en moques de la loi. De nous deux, toi le fier défenseur de la laïcité et des principes de la république et moi le vil islamo-gauchiste, ce n’est pas moi qui veux refaire la loi de 1905 à ma sauce ou qui propose de réviser la constitution, ce n’est pas moi qui veux mener une purge dans l’observatoire de la laïcité. Moi la loi de 1905, elle me convient parfaitement.

Nicolas Cadène qui s’applique à faire valoir avec rigueur l’esprit et la lettre de la loi, en rappelant chaque fois qu’il le faut, il le faut si souvent, que le principe de laïcité n’est pas la chasse ouverte aux musulmans, mais le principe garant de la liberté de culte et de la neutralité de la puissance publique, il me convient parfaitement. Toi, en revanche, tu as décidé de travestir la laïcité en ce qu’elle n’est pas, et d’en faire un principe de discrimination antimusulmane. Et quand, texte à l’appui, on te rappelle que ce que tu dis n’est pas la laïcité, que ce que tu dis n’est pas la loi, ta réponse, c’est de dire que, dans ce cas, tu vas réécrire la loi. Réécrire la loi parce qu’elle ne te convient pas et parce qu’elle ne te permet pas d’asseoir ta loi comme toi, tu l’entends, mais qui donc est le séparatiste ?

La vérité, c’est que la vue d’une femme portant le voile, la vue d’un rayon halal et la vue d’une marche dénonçant l’islamophobie t’insupportent. La vérité, c’est que l’existence de ces personnes, pour autant que tu la vois, ou t’effraie, parce que pour toi, être musulman, c’est déjà en soi un signal faible de radicalisation, ou t’offense, parce que tu es chez toi et qu’eux sont en trop. Et la vérité, surtout, c’est que tu supportes mal l’offense. Vois-tu, les leçons d’EMC que je dispense à mes élèves, comme Samuel Paty, semble-t-il, dispensait les siennes, font grand cas de la notion d’offense chaque fois qu’il y est question de vivre ensemble, parce que vivre ensemble, c’est avant tout vivre avec des personnes différentes, des personnes qui ne conçoivent pas identiquement ce qui est vrai, ce qui est sage, ce qui est beau et ce qui est bien, et que c’est pourquoi, avant tout bien, toute beauté, toute sagesse et toute vérité, ce qui en premier lieu est juste, c’est de réaliser un état politique du droit et des rapports sociaux qui permette à chacun de réaliser son existence selon l’idée qu’il s’en fait pour autant qu’il ne m’interdit pas de réaliser aussi la mienne, quand bien même sa conception de l’existence me serait offensante.

Et c’est pourquoi, dans mes leçons d’EMC, je transmets l’idée que vivre libre, cela commence par tolérer que la liberté d’autrui m’offense. Qui sait, peut-être finirai-je, moi aussi, assassiné pour cela ? Peut-être sera-ce par un intégriste, parce qu’un intolérant religieux aura hurlé en ligne contre une caricature que j’aurai diffusée ? Peut-être sera-ce par un fasciste, parce que toi, tu auras hurlé en ligne contre une séance trop islamo-gauchiste à ton goût, peut-être m’auras-tu traité de collaborateur et un fou furieux se sentira-t-il de ce fait la fibre d’un résistant en saisissant une arme à feu ? Toi comme l’intolérant religieux, au fond, vous avez cela en commun, vous supportez si mal l’offense. À mes yeux, tu es son reflet. Vous faites à vous deux une espèce d’hydre à deux têtes. Ton intolérance et la sienne sont strictement symétriques. La sienne prépare le terrorisme intégriste et la tienne prépare le terrorisme d’extrême-droite, à la fin, les deux prennent les armes et cette guerre, c’est votre œuvre commune.

Pour ma part, je n’ai pas de préférence entre telle ou telle brute. Et je me moque bien de savoir au nom de quelle intolérance me tuera la brute qui me tuera. Alors à toi comme à lui, qui tenez tant à distinguer entre nous et eux, comptez-moi parmi eux.

Le 10 novembre 2019 et le 11 janvier 2015, si seulement tu savais regarder, c’est tout un.

J’oubliais presque de confesser, parmi mes crimes, celui qui sera inexpiable à tes yeux. Le 10 novembre 2019, j’étais dans la rue, après qu’un homme d’extrême-droite avait ouvert le feu à la sortie d’une mosquée et je participais alors à cette marche contre l’islamophobie que tu as tant honnie, tu sais bien, celle que tu as unilatéralement rebaptisée marche de la honte et marche des islamistes. Il paraît qu’il y avait des personnes peu fréquentables, çà et là dans le cortège. C’est bien le premier cortège de ma vie où l’on m’a tenu responsable de qui s’était retrouvé dans le cortège plutôt que du mot d’ordre au nom duquel le cortège défilait.

Où tu risques de ne plus comprendre et de te dire que je suis au mieux un crétin, au pire un hypocrite, c’est quand je t’avouerai que le 11 janvier 2015 aussi, j’étais dans la rue, pour une autre marche, celle pour Charlie Hebdo. Ce doit t’être inconcevable. Tu dois être en train de te dire qu’on ne peut pas défiler avec les victimes et les bourreaux et qu’il faut choisir. Il est vrai que, à tes yeux, des musulmans qui demandent simplement à ne plus être la cible perpétuelle d’une passion collective haineuse à travers tout le pays, c’est déjà le camp des bourreaux. Pour toi, ce sont eux contre nous et mort au réel si le réel n’entre pas dans cette dichotomie grossière et dans ta rhétorique de guerre civile. Les terroristes ont remporté cette victoire sur ta conscience.

Pour ma part, le 10 novembre 2019 et le 11 janvier 2015, tout cela me semble tout un. Je veux vivre dans un pays où les caricaturistes puissent caricaturer et où les croyants puissent assister à leur culte, sans que des meurtriers ne leur tirent dessus. Cela me paraît d’une simplicité enfantine, mais ces temps-ci, plus rien n’est simple, plus rien n’est enfantin. Le poison a tout envahi, le racisme a pris possession des lieux et le lepénisme est devenu le mètre étalon de la pensée dans le discours public, il a revendiqué pour lui le camp des victimes, attribué aux autres celui des bourreaux et il vient exiger de ceux qui ne plient pas qu’ils rendent des comptes. « Le jour où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, par un curieux renversement, c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications », écrivait Albert Camus.

Le tournant raciste décomplexé de la société française, c’est, en plus d’une injustice, une victoire que tu concèdes à ceux dont tu te prétends l’ennemi.

Danièle Obono, Jean-Luc Mélenchon, Edwy Plenel, Rokhaya Diallo et tant d’autres encore, nous voilà donc repeints en lâches ou en complaisants, quand ce n’est pas carrément en complices des atrocités terroristes, de là à dire que, parce que nous ne pensons pas que la solution rationnelle au terrorisme soit d’organiser un grand jeu de suspicion nationale contre les musulmans, nous ayons nous-mêmes armé le bras des tueurs, il n’y a plus qu’un pas, que Pascal Bruckner franchit gaiement en plein plateau de télévision.

Plus largement, du haro mis par le ministre de l’intérieur contre les rayons halals des supermarchés aux logorrhées délirantes de Jean Messiha, d’Elisabeth Lévy, de Pascal Praud ou de Nadine Morano qui appellent à la restauration des bagnes, à l’abandon de l’état de droit qui nous désarme ou à l’interdiction des prénoms à consonance étrangère, il apparaît clairement que, en cette période difficile, le camp de la déraison et de la démesure, c’est le vôtre. Il serait pénible de me lancer dans une recension des cimes d’aberrations racistes accumulées depuis Vendredi 16 Octobre 2020 et il se trouve que Télérama en a recensé quelques-unes.

Mais nous en sommes là. Un assassinat terroriste a été commis contre un professeur qui enseignait la liberté et la réaction dans tout le pays consiste, au lieu de camper solidement sur le droit et de combattre l’intégrisme et le terrorisme avec l’arsenal juridique qui le permet déjà, à perdre la raison, à renoncer aux libertés publiques et à envisager d’adopter des lois d’exception ou de modifier la constitution pour n’avoir pas à être tenus par nos propres règles de droit et, partout, tout le temps, à jeter un soupçon général contre nos concitoyens musulmans.

De façon un peu égoïste, presque mesquine, je pourrais me dire, moi qui suis chrétien, que si je tolère que ce traitement puisse être réservé aux musulmans de ce pays, alors je consens implicitement et en principe à ce qu’un jour, peut-être, me soit réservé le même sort en tant que chrétien. Mais soyons sérieux, je sais très bien que moi, personne ne va m’embêter. Personne ne jettera sur moi le soupçon d’être un identitaire occidentaliste promoteur de l’Europe blanche et de la chrétienté. Personne ne me demandera de me désolidariser de tous les Anders Breivik de ce monde pour faire la démonstration que je suis un bon républicain.

De façon moins mesquine, alors, nous sommes simplement en train de réserver à une fraction de la population un traitement injustifiable et de décréter sans cesse des règles ad hoc pour lui dénier ses libertés les plus légales, afin de suivre l’actualité de perpétuelles et oiseuses surenchères autoritaires. D’ores et déjà, lorsqu’il arrive que des élèves me le fassent remarquer tandis que je leur parle d’égalité de droit perché sur mon nuage de concepts, je n’ai rien à répondre et j’ai honte. Et un jour, ce que je crois, c’est que notre pays se retournera tout entier sur cette période et qu’il aura honte.

Enfin, il y a ceci, et ceci, au fond, je suis sûr que tu le pressens, ce reflet que tu prétends combattre, tu le nourris. Qu’un intégriste ait, par un acte de terrorisme, le pouvoir de faire éclore des milliers de fascistes, les derniers jours l’auront tristement démontré. L’inverse, le pouvoir du fascisme à faire éclore des intégristes, donc, n’est sans doute que plus silencieusement, mais pas moins certainement vrai. Que crois-tu, au juste, qu’ils sont en train d’accumuler en eux, les gamins musulmans qui grandissent dans ce pays en entendant leur mère traitée comme une pestiférée quand elle les accompagne en sortie scolaire ? En voyant leur père suivi par les regards suspicieux des Gérald Darmanin et des Christophe Barbier du supermarché lorsqu’il passe par le rayon halal ? Quand ils entendent la quasi-totalité de la sphère politique utiliser le nom de leur religion comme insulte servant à disqualifier l’opposition de gauche radicale ? Que crois-tu que tout cela puisse faire grandir en eux sinon une colère sourde ? Moi, en tout cas, à la seule idée que, né d’une autre famille, j’aurais pu avoir à subir cela, je sens la colère sourde.

Quelqu’un qui a à vivre tout cela t’en parlerait sans doute mieux que moi. Une amie musulmane qui n’a jamais d’autres mots à publier que des mots empreints de bonté et de délicatesse, m’écrivait que « j’ai l’impression que depuis Vendredi 16 Octobre 2020 on me tient par la gorge. Je ne reconnais plus le monde qui m’entoure. J’ai envie de redevenir enfant ». Si cela, seulement, pouvait suffire à te donner une idée du mal que tu fais.

De petits séparatistes, c’est toi qui es en train d’en fabriquer, en ce moment-même, car ta rhétorique sépare, sans cesse. Ton ennemi juré et ton reflet, l’intégriste, ne rêve que de cela. Tu te crois inflexible, mais tu lui concèdes tout. Tu es en train de faire le travail pour lui. Tu instilles son poison, ton poison. C’est le même. Et de ceux dont tu n’obtiendras pas la haine, tu gâches juste la vie. Alors le lâche, vois-tu, c’est toi.

*
**

NOUS SOMMES TOUS DES MUSULMANS FRANCAIS
Boîte de réception

FISCHER BERNARD
sam. 24 oct. 18:02

À FISCHER

http://www.fischer02003.over-blog.com/2020/10/nous-sommes-tous-des-musulmans-francais.html

NOUS SOMMES TOUS DES MUSULMANS FRANÇAIS
Par Bernard Fischer

Samedi 24 Octobre 2020

Il y avait et il y a encore l’épidémie de coronavirus, il y avait et il y a encore le couvre-feu et puis, le dernier jour d’école avant les vacances scolaires de la Toussaint, l’attentat de Conflans Sainte Honorine posait à nouveau la question des caricatures de Mahomet et de la liberté d’expression de Charlie Hebdo.

Depuis cinq ans, depuis les attentats contre Charlie Hebdo et contre le Bataclan, la ligne de front de cette guerre ne bougeait pas d’un millimètre. Le dernier attentat terroriste et sa récupération pour l’orchestration d’une nouvelle campagne de promotion de l’islamophobie ne tombent pas du ciel. La force de l’attentat et de la nouvelle campagne islamophobe vient de leur contexte historique et international.

Le contexte historique, c’est la comparaison par rapport aux années 1930. En 2015, il y a cinq ans, Charlie Hebdo était un média islamophobe d’extrême droite. Cinq ans plus tard, en 2020, il n’y a aucun changement. Charlie Hebdo est toujours un média islamophobe d’extrême droite. L’antisémitisme des années 1930, c’est l’islamophobie des années 2020. Entre 1968 et 2020, Charlie Hebdo passait de l’extrême gauche à l’extrême droite. Dans les années 1930 aussi, des anciens leaders de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO), le Rassemblement National Populaire (RNP) de Marcel Déat, et des anciens leaders du Parti Communiste Français (PCF), le Parti Populaire Français (PPF) de Jacques Doriot, passaient de la gauche à l’extrême droite.

La liberté d’expression de Charlie Hebdo et la diffusion des caricatures de Mahomet posent de nombreux problèmes.

Premièrement, si un caricaturiste diffusait des images pornographiques d’Emmanuel et de Brigitte Macron, le gouvernement ferait-il une grande campagne pour la défense de la liberté d’expression de ce caricaturiste ?

Deuxièmement, imaginons pendant trente secondes ou cinq minutes l’état du pays si le gouvernement décidait la fermeture d’une synagogue et la dissolution du Secours Catholique et du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF).

Troisièmement, la diffusion d’images pornographiques est un délit passible de cinq ans de prison et de soixante-quinze mille euros d’amende.

Quatrièmement, la diffusion d’images pornographiques dans des écoles est une folie totale totalement contradictoire par rapport à la neutralité de l’école. C’est à peu près comme si on faisait de la propagande religieuse et politique dans les écoles.

Cinquièmement, l’action contre l’idéologie d’extrême droite ne sera pas le résultat ni du terrorisme individuel ni de la répression d’un gouvernement bourgeois, mais elle sera le résultat de la mobilisation populaire pour la démocratie et pour l’égalité sociale.

Sixièmement, nous condamnons les attentats contre Charlie Hebdo et ses défenseurs, mais cela n’implique aucun soutien à leur idéologie. De la même manière, s’il y avait un attentat contre Marine Le Pen, nous condamnerions cet attentat, mais cela n’impliquerait aucun soutien à l’idéologie du Rassemblement National. Leur idéologie, c’est l’idéologie de la guerre des civilisations.

Septièmement, pour toutes ces raisons, il y a bien un problème de liberté d’expression, mais ce n’est pas le problème de la liberté d’expression de Charlie Hebdo. Les premières caricatures de Mahomet datent de 2005, elles n’étaient d’ailleurs pas françaises, elles étaient danoises, et le problème de leur publication est depuis longtemps un problème sécuritaire. Il y a effectivement un problème de liberté d’expression de plus en plus grave dans ce pays, c’est le problème de notre liberté d’expression, de la liberté d’expression de la communauté musulmane de cinq millions de personnes et des militants et des organisations contre l’islamophobie.

*
**

Re :re : Fr : Fwd : [pournotre debat] Quelques mises au point con
Boîte de réception

’FISCHER BERNARD’ via pournotredebat
25 oct. 2020 10:12

À pournotredebat@googlegroups.com

Des procureurs, je ne dirais pas staliniens, cherchent manifestement des responsables des attentats contre Charlie Hebdo et contre les diffuseurs des caricatures depuis Cinq ans. Bruckner en trouvait une récemment sur un plateau de télévision, c’est Rokhaya Diallo. Tous les militants contre l’islamophobie, nous serions tous certainement responsables des Attentats. Ce sophisme a un nom depuis très longtemps, c’est du terrorisme Intellectuel. Bernard

Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

Le dim., oct. 25, 2020 à 9:44, francois PALLARES

<pallares.f@orange.fr>

a écrit :
Salutatout@s

De l’art du sophisme : Charb, Cabu, Maris, Paty, le curé Hamel de Saint Etienne du Rouvray, les clients de l’Hyper-Casher étaient racistes et opposés à la défense des réfugiés (?!)... donc c’étaient des agents de Le Pen... Donc il est normal que des abrutis manipulés les aient assassinés....

Rappelons que c’est l’Institut Catholique de Paris (à présent financé par l’Etat...) qui est chargé de former les imams à la laïcité - sic - Valls, tout comme Macron ou Blanquer sont favorables à ce que l’Etat finance la construction des mosquées et même des cathédrales (cf. Evry). Je n’ai jamais entendu qu’ils aient voulu abroger la loi Debré finançant l’enseignement catholique... ni le statut dérogatoire d’Alsace-Moselle, payant curés, pasteurs et rabbins. Leur prétendue "laïcité" est brandie comme une arme raciste contre les réfugiés, les immigrés et leurs enfants ou descendants. Je n’aime pas le terme de "migrants" qui rappelle par trop les oiseaux migrateurs.

F. Pallarés Aran

NB : absolument d’accord avec ce qu’écrit Marc Boyer (en particulier le point 1). Un bémol sur la formation des imams. C’est le problème des églises et autres sectes de "former" (ou de déformer) ses ministres du culte. Ce n’est surtout pas à l’Etat de mettre son nez là-dedans.

> Message du 25/10/20 02:35
> De : "’FISCHER BERNARD’ via pournotredebat"
> A : "Pournotredebat via Pournotredebat"
> Copie à :
> Objet : Fr : Fwd : [pournotre debat] Quelques mises au point concernant le
>
> Si je comprends bien, la défense des migrants ouvrirait la voie aux Lepenistes. Nous sommes tout simplement dans l’inversion Psychologique. Il en va de même de la défense de la laïcité par Valls, Blanquer, Macron, Le Pen et D’autres. Leur défense de la laïcité est au centre de leur offensive Réactionnaire. Si nous refusons de voir cette évidence, nous nous retrouvons dans la situation des syndicats enseignants et nous vivons dans un autre Monde. Bernard
>
>
Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

>


Message transféré -----
De : "Bernard Fischer"
À : "fischer02003@yahoo.fr"
Cc :
Envoyé : dim., oct. 25, 2020 à 2:02
Objet : Fwd : [pournotre debat] Quelques mises au point concernant le

>


Forwarded message ---------
> From : francois PALLARES

<pallares.f@orange.fr>

> Date : ven. 23 oct. 2020 à 15:32
> Subject : [pournotre debat] Quelques mises au point concernant les principes de classe et le combat contre le fanatisme religieux islamiste
> To :
>

>
>
Salut à tout@s,

Je me souviens que Benot Mély avait été le premier en France à constituer un comité pour la défense de Salman Rushdie avec des militant@s algérien@s, iranien@s et bengali@s. Le Comité avait été saboté par les "officiels". Il avait été aussi l’un des premiers, avec une autre camarade, à dénoncer l’affaire de la fatwâh appelant au meurtre contre Taslima Nasreen de la part des fanatiques islamistes. Ensuite, on a monté avec Benoît des conférences à l’Académie de Versailles sur la question de la Laïcité en Europe. Moi j’étais chargé des pays latins et de l’Amérique latine, en direction des personnels de l’Education Nationale. On a eu droit à faire deux exposés au Rectorat de Versailles devant des chefs d’établissements en formation (qui, pour la plupart, ne comprenaient déjà plus de quoi on parlait... en 1998). Après, le Rectorat n’a plus donné suite... Ça ne nous a pas étonné, vu notre passé politique et syndical...
>

Je suis assez furieux (j’espère ne pas être le seul). Cette problématique cruciale (depuis la Grande Révolution, la Commune de Paris et les révolutions mexicaine et espagnole du XXe siècle) a totalement été abandonnée par les syndicats et/ou organisatations se réclamant de la classe ouvrière. Les enseignants, eux.... sont devenus totalement analphabètes sur cette question.

Quant au responsables du NPA, de l’UNEF et de SUD-Education, ils suivent les "théories" post-coloniales et leur mauvaise conscience de petits-bourgeois regardant avec condescendance et commisération les travailleurs immigrés (ou exilés), les essentialisant par la "race" et la "religion". Ils ouvrent ainsi la voie aux fascistes et aux lepénistes de tout poil. Cette capitulation sur tous les principes de classe est une honte ! Le fait que, de crainte de "l’islamophobie" - sic - (cf. ce qu’en pensait Charb) et d’un improbable "amalgame", certains refusent même de nommer le fanatisme religieux et le terrorisme islamique, est particulièrement inquiétant. Même le très conservateur recteur de la Grande Mosquée de Paris (pléonasme) Chems-Eddine Hafiz, se voit obligé de déclarer à propos des musulmans de France : "Jusqu’à présent nous rejetions l’idée que des criminels comme celui-là tuaient au nom de notre religion. Il y avait une forme de déni, qui était notre marque à tous..." Et que des militants se revendiquant de l’émancipation , voire athées, osent persévérer dans ce déni... C’est ignoble.. et bête : mauvaise conscience ? calcul électoraliste idiot ? condescendance christique envers les "pauvres" ? Sans doute les trois.

Remarquons que nos tartuffes derrière Blanquer et Macron (sans compter les tenants gouvernementaux de la "gauche") qui depuis des lustres, n’ont cessé de dispenser leurs bienfaits sonnants et trébuchants aux religieux de tout poil - surtout catholiques - , osent à présent parler de laïcité, c’est à vomir. Depuis des années, ils n’ont cessé de dérouler le tapis rouge devant les Papes et les évêques, d’arroser les écoles confessionnelles, d’étrangler l’Ecole publique et laïque, de cracher sur les professeurs et les instituteurs, pour à présent en faire des "héros" (idem pour les hospitaliers). C’est à vomir.

Ce malheureux professeur de Conflans n’a même pas eu le soutien de ses collègues avant le drame. Où sont les pétitions pour le soutenir ? Où sont les délégations de professeurs pour le défendre ? Quelle lâcheté ! La hiérarchie l’a même obligé à s’excuser ! Apparemment, on envisageait même une inspection de la vie scolaire ! On l’a laissé seul face à un assassin décérébré. Sans même envisager de protection face à une campagne de diffamation et d’appel au meurtre à peine voilée, de la part, répétons-le, de fanatiques et de terroristes islamistes ! Et à présent le choeur des pleureurs et des pleureuses manifeste son "soutien" immonde à sa famille ! Comme la corde qui soutient le pendu !

Je vois un avenir très sombre.
>

Salud y fraternidad.
>

Francisco Pallarés Aran
>

>

*
**

Notes sur un processus en cours à l’issue indéterminée
Marc Boyer 25 octobre 2020 à 08:26

"Carl von Clausewitz. De la Révolution à la Restauration. Écrits et lettres, Gallimard, 1976. Trad. Marie-Louise Steinhauser.
La faible probabilité d’une issue heureuse est une objection déraisonnable ; car ce qui importe , à la guerre, ce n’est pas le degré absolu, mais le degré relatif de probabilité, la probabilité la plus mince est toujours plus grande que pas de probabilité du tout. -

"

La librairie de Guy Debord. Stratégie, édition L’Échappée, 2018, 527 Pp, p. 116.
Édition des fiches de lecture de Guy Debord dirigée par Laurence Le Bras.
https://www.lechappee.org/collections/la-librairie-de-guy-debord/strategie

Notes sur un processus en cours à l’issue indéterminée

Ces quelques notes ne sont qu’un "produit semi-élaboré" (1) qui s’intègre dans une recherche en cours débutée en 2016 (2).

1 - Globalement d’accord avec les messages de Francisco Pallarés Aran, même si je considère que la laïcité est une idéologie de la bourgeoise initialement révolutionnaire devenue réactionnaire après le massacre de la Commune de Paris (3), je pense alors qu’il faut aller plus loin et désigner clairement qui est l’ami et qui est l’ennemi.

2 - Les amis sont l’humanité en tant que "Gemeinschaft" devenant "Gemeinwesen" et, plus largement, l’espèce humaine et donc son passage de l’ "Homo sapiens" à l’ "Homo Gemeinwesen" (4).

3 - Les ennemis sont ceux qui s’opposent au "processus en cours à l’issue indéterminée" (5). Et donc les puissances impérialistes, ici l’État bourgeois bonapartiste de la Ve République Française et ses alliés politiques et économiques que sont l’État monarchique wahhabite propriété personnelle de la Famille Saoud qui occupe l’Arabie dite saoudite et à un moindre degré l’État monarchique wahhabite qatari. Ce sont là les deux financiers principaux du salafisme qui infiltre l’ensemble des mosquées musulmanes sunnites dans le monde entier et forme directement et indirectement une partie conséquente des imams sunnites.

4 - En effet, l’occasion faisant le larron, tout est bon pour augmenter les bénéfices du CAC 40 vendeur d’armes tout azimut : multiples interventions en Franceafrique des escadrons de la mort de la fameuse école française inspirée des théorisations de David Galula (6), avant et après le soutien aux interventions démocrates américaines (Clinton - Obama) comme républicaines américaines (les deux Bush) en Iran, Afghanistan, Irak-Koweit, Libye, Syrie-Liban, directement ou indirectement via l’État sioniste d’Israël devenu l’occupant judéo-nazi de la Palestine (7).

5 - Il faut donc nommer ceux qui encaissent les bénéfices du chaos, les dirigeants du CAC 40 et leurs alter ego dans l’État bourgeois, quasi tous formés à Sciences Po Paris-ENA et tous fervents propagandistes de la méthode de Reinhard Höhn (8) comme Emmanuel Macron (9), Jean Castex (10), Roux de Bézieux (11) et donc base de la "domination" du Capital (12).

6 - Il faut enfin déconstruire de fond en comble l’idée religieuse (13) sans pour autant heurter de front les illusions des masses. Seuls 5% des musulmans sont capables de lire correctement l’arabe coranique du Coran (al-Qur’ân, Récitation, Lectionnaire guide de lecture de la Torah, de l’Évangile de Jean et d’autres écrits de l’Antiquité Tardive) (14).

7 - La proportion de juifs y compris rabbins, comprenant correctement l’hébreu pré-exilique, l’hébreu post-exilique et l’araméen de la Torah est sans doute identique. Même chose pour les chrétiens, prêtres ou popes compris, qui ne comprennent que des bribes du latin de la Vetus Latina, du grec de la koïné de la Bible grecque et des Évangiles canoniques ou apocryphes et des deux formes d’hébreu et de l’araméen de ce qu’ils appellent Ancien Testament (15).

8 - Par conséquent, renvoi des ambassadeurs saoudien et qatari, rupture des relations commerciales juteuses avec la famille Saoud et les Qataris wahhabites, récupération du matériel de guerre fabriqué en France et utilisé au Yémen pour massacrer les Houthis shi’îtes zaïdites yéménites et saoudiens sont un minimum à imposer en chassant leurs complices Macron, Castex et Roux (16).

9 - Le renvoi de tous les imams salafistes étrangers effectués par les musulmans eux-mêmes, les imams salafistes français étant licenciés, se pose alors la formation des imams de l’islam de France (17).

10 - On peut alors reprendre le lent cheminement de l’Homo sapiens bourgeois vers l’Homo Gemeinwesen prolétaire jusqu’à l’abolition des deux classes dans un monde sans État, sans marché, sans relique barbare appelée "monnaie" (18), même si la probabilité que ce processus en cours réussisse est la plus mince (19) (20).

MB

(1) JACQUES CAMATTE : Bordiga (1889-1970) : Quelques repères blographiques. 198 p. ... dans sa théorisation des produits semi-élaborés ».
https://libcom.org/files/Camatte%20-%20Bordiga%20et%20La%20Passion%20du%20Communisme.pdf

(2) "La philosohie prophétique dans le judaïsme et l’islam sur la Route de la Soie", recherche commencée à l’EPHE à partir de 2016 sur des documents en hébreu, araméen, grec, latin et arabe, continuée et amplifiée en vieux perse, moyen perse, persan et turc à partir de 2019, en sanskrit, tibétain et chinois entre autres langues en 2020.

Voir programmes des conférences-séminaires de recherche EPHE :
Icône PDFProgramme des conférences 2020-2021

(3)

[pournotre debat] Quelques mises au point concernant les principes de classe et le combat contre le fanatisme religieux islamiste

francois PALLARES
ven. 23 oct. 15:32 (il y a 17 heures)

À pournotredebat

Salut à tout@s,

Je me souviens que Benot Mély avait été le premier en France à constituer un comité pour la défense de Salman Rushdie avec des militant@s algérien@s, iranien@s et bengali@s. Le Comité avait été saboté par les "officiels". Il avait été aussi l’un des premiers, avec une autre camarade, à dénoncer l’affaire de la fatwâh appelant au meurtre contre Taslima Nasreen de la part des fanatiques islamistes. Ensuite, on a monté avec Benoît des conférences à l’Académie de Versailles sur la question de la Laïcité en Europe. Moi j’étais chargé des pays latins et de l’Amérique latine, en direction des personnels de l’Education Nationale. On a eu droit à faire deux exposés au Rectorat de Versailles devant des chefs d’établissements en formation (qui, pour la plupart, ne comprenaient déjà plus de quoi on parlait... en 1998). Après, le Rectorat n’a plus donné suite... Ça ne nous a pas étonné, vu notre passé politique et syndical...

Je suis assez furieux (j’espère ne pas être le seul). Cette problématique cruciale (depuis la Grande Révolution, la Commune de Paris et les révolutions mexicaine et espagnole du XXe siècle) a totalement été abandonnée par les syndicats et/ou organisatations se réclamant de la classe ouvrière. Les enseignants, eux.... sont devenus totalement analphabètes sur cette question.

Quant au responsables du NPA, de l’UNEF et de SUD-Education, ils suivent les "théories" post-coloniales et leur mauvaise conscience de petits-bourgeois regardant avec condescendance et commisération les travailleurs immigrés (ou exilés), les essentialisant par la "race" et la "religion". Ils ouvrent ainsi la voie aux fascistes et aux lepénistes de tout poil. Cette capitulation sur tous les principes de classe est une honte ! Le fait que, de crainte de "l’islamophobie" - sic - (cf. ce qu’en pensait Charb) et d’un improbable "amalgame", certains refusent même de nommer le fanatisme religieux et le terrorisme islamique, est particulièrement inquiétant. Même le très conservateur recteur de la Grande Mosquée de Paris (pléonasme) Chems-Eddine Hafiz, se voit obligé de déclarer à propos des musulmans de France : "Jusqu’à présent nous rejetions l’idée que des criminels comme celui-là tuaient au nom de notre religion. Il y avait une forme de déni, qui était notre marque à tous..." Et que des militants se revendiquant de l’émancipation , voire athées, osent persévérer dans ce déni... C’est ignoble.. et bête : mauvaise conscience ? calcul électoraliste idiot ? condescendance christique envers les "pauvres" ? Sans doute les trois.

Remarquons que nos tartuffes derrière Blanquer et Macron (sans compter les tenants gouvernementaux de la "gauche") qui depuis des lustres, n’ont cessé de dispenser leurs bienfaits sonnants et trébuchants aux religieux de tout poil - surtout catholiques - , osent à présent parler de laïcité, c’est à vomir. Depuis des années, ils n’ont cessé de dérouler le tapis rouge devant les Papes et les évêques, d’arroser les écoles confessionnelles, d’étrangler l’Ecole publique et laïque, de cracher sur les professeurs et les instituteurs, pour à présent en faire des "héros" (idem pour les hospitaliers). C’est à vomir.

Ce malheureux professeur de Conflans n’a même pas eu le soutien de ses collègues avant le drame. Où sont les pétitions pour le soutenir ? Où sont les délégations de professeurs pour le défendre ? Quelle lâcheté ! La hiérarchie l’a même obligé à s’excuser ! Apparemment, on envisageait même une inspection de la vie scolaire ! On l’a laissé seul face à un assassin décérébré. Sans même envisager de protection face à une campagne de diffamation et d’appel au meurtre à peine voilée, de la part, répétons-le, de fanatiques et de terroristes islamistes ! Et à présent le choeur des pleureurs et des pleureuses manifeste son "soutien" immonde à sa famille ! Comme la corde qui soutient le pendu !

Je vois un avenir très sombre.

Salud y fraternidad.

Francisco Pallarés Aran

***

De : francois PALLARES
(...)
Envoyé : mardi 20 octobre 2020 à 23:51:31 UTC+2
Objet : tr : Communiqué de presse CGT éduc : Assassinat d’un enseignant

En pièce-jointe le communiqué de presse de la CGT. Une honte !

Mais le tract commun intersyndical "unitaire" - sic - signé samedi pour "soutenir" -resic - la famille de la victime n’est guère mieux...

Un gran abrazo.

Francisco

 :
> Objet : Communiqué de presse CGT éduc : Assassinat d’un enseignant
>
>

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

CGT Éduc’action - 263 rue de Paris - case 549 - 93515 Montreuil cedex

Mel : unsen@cgteduc.fr - Site : www.cgteduc.fr

Assassinat d’un enseignant des Yvelines : entre horreur, tristesse et colère

La CGT Éduc’action tient, en tout premier lieu, à exprimer son soutien le plus profond aux proches de la victime mais aussi à ses collègues et à ses élèves.

Pour la CGT Éduc’action, c’est toute notre profession qui est endeuillée mais qui restera combative parce que l’École doit rester le lieu du vivre ensemble, de l’émancipation et doit former des citoyen.nes libres et éclairé·es.

L’École ne pourra jamais, à elle seule, soigner les fractures d’une société minée par les inégalités sociales et les discriminations. Son rôle d’émancipation collective et individuelle ne pourra s’accomplir vraiment qu’en travaillant à une réelle et profonde transformation de la société sur les bases de la justice sociale et d’une véritable égalité.

Sur le terrain, les enseignant.es, dans leur quotidien doivent redoubler d’ingéniosité pour enseigner l’éducation civique, la science et conserver leur liberté pédagogique.

Un·e enseignant·e doit pouvoir, dans son enseignement, aborder tous les sujets du programme sans avoir peur pour sa vie ou celle de ses proches.

Pour l’heure, c’est le temps du recueillement et de la retenue qui prime. La CGT Éduc’action se tiendra aux côtés des collègues qui continueront d’accomplir leur mission avec dignité.

La CGT Educ’action soutient tous les rassemblements locaux en hommage à notre collègue. Montreuil, le 17 octobre 2020

***

francois PALLARES
22 oct. 2020 11:29 (il y a 2 jours)

À pournotredebat

Message envoyé à un camarade de la CGT Education de l’Essonne :

Communiqué de presse CGT éduc : Assassinat d’un enseignant par qui ???? certainement un tueur anonyme !!!


Message du 20/10/20

Salut P.,

Je suis allé à la manif dimanche à République. Je trouve lamentable la position des syndicats. Horreur, oui, Mais QUI SONT LES ASSASSINS ? nada de nada !!! Rien sur l’Ecole laïque, nada de nada !!! Quell honte !!!

Oui c’est la barbarie du fanatisme religieux, c’est la barbarie du terrorisme islamique !

Et il ne faut pas les nommer !!!???... On ouvre ainsi la voie aux fascistes et au lepenisme et on laisse les travailleurs étrangers ou d’origine immigrée (dont de nombreux musulman-e-s) sans défense (surtout les femmes) face aux tueurs islamistes, en ne désignant pas clairement les assassins.

Ce malheureux collègue a eu le courage, lui, de dire ce qu’il fallait. Il l’a payé de sa vie de la part d’un abruti armé par des fanatiques islamiques. Que signifie un "soutien" - sic - aussi misérable ???

Même les imams musulmans se voient forcés de le faire et.... les organisations ouvrières de peur de se faire traiter d’une prétendue "islamophobie", NE DISENT RIEN !!!

C’est lamentable, c’est une honte de la part des dirigeants syndicaux !

Salud y fraternidad.

Francis.

Sud Education, le NPA et l’UNEF ont battu tous les records de lâcheté. Une véritable honte. Je suis écoeuré par leur condescendance envers les immigrés et les descendants d’étrangers exilés ou immigrés.

***

Voir aussi : https://www.breizh-info.com/2020/10/16/152392/islam-mouvement-ouvrier-cancer-patrick-loiseau/

Merci à Bernard Fischer pour cette référence.

(4) Voir Jacques Camatte, Revue Invariance : https://revueinvariance.pagesperso-orange.fr/communautedevenir.html

Pour la différence entre Marx et le marxisme, voir mes mails précédents. Je ne me répète pas car je suis chercheur et non pas professeur. Ceux qui ne comprennent pas doivent étudier et penser par eux-mêmes... et donc lire et relire au minimum L’idéologie allemande et les Grundrisse où Marx explique et expose son plan de travail à partir des philosophies de Démocrite, Épicure, Hegel, Bauer, Feuerbach, Engels, Proudhon, etc....

(5) Formule utilisée par Pierre Boussel Lambert, le génial "contact man" (*) et le magouilleur formé par les frères Moliniers (**) et donc l’homme d’affaires escroc politique et financier de haut vol :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Lambert_(homme_politique)

(*) https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Fraenkel
https://www.amazon.de/-/en/Boris-Fraenkel/dp/2911803906

(**) « La place d’hommes d’affaires dans un groupement communiste n’est possible que s’ils comprennent exactement ce qu’ils y peuvent faire ; s’ils prétendent jouer un rôle politique de premier plan - surtout quand ils sont illettrés - ça ne peut plus marcher.29 »
https://www.marxists.org/francais/broue/works/1988/00/PB_tky_42.htm

Sur le salafisme wahhabite voir Natana J. Delong-Bas, Islam wahhabite. De la renaissance et de la réforme au djihad mondial,Traduit de l’anglais par Lyes Si ZAoubir. éd. Érick Bonnier,"Encre d’Orient", Paris, 2018, 494 p. Première édition en anglais chez Oxford University Press, 2008 :

"(...) Cependant, le djihad global de Ben Laden est "non représentatif" de l’islam en général et de l’islam wahhabite en particulier. Son importance dans l’actualité médiatique a fait passer l’islam wahhabite de la renaissance et de la réforme au djihad mondial." p. 445.

https://www.erickbonnier-editions.com/essais/islam-wahhabite/

Sur les conséquences de l’hégémonie des courants de l’islam radical qui pèse sur l’islam des musulmans du monde entier dont seulement 20 % sont Arabes, voir Youssef Chiheb, Les théoriciens de l’islam radical. Immersion dans le corpus des plus grands prédicateurs radicaux salafistes, wahhabites et fréristes, VA Éditions, Versailles, 2019, 383 p. :

"Pour Marc Trédivic, ancien juge d’instruction au pôle antiterroriste de Paris, "On ne peut pas enquêter sur les princes saoudiens". Outre le manque de coopération internationale pour investiguer sur les circuits internationaux de financement du terrorisme, il constate surtout un problème de crédibilité de la France dans ses relations internationales avec l’Arabie saoudite "Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme. Les attentats de Paris commis le 13 novembre 2015 en sont un des résultats". Dans le même sens, pour un ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense, "On est en guerre contre le salafisme, mais simplement, le salafisme, c’est l’Arabie saoudite donc c’est gênant". Comme Marc Trédivic, il estime que la France doit "se resituer complètement sur la scène internationale". p. 47.

https://www.va-editions.fr/les-theoriciens-de-l-islam-radical-c2x29710346

(6) Revue Historique des Armées, 259 | 2010 : La mort
Lectures
David Galula, Contre-insurrection. Théorie et pratique
Économica, 2008, 215 pages
Ivan Cadeau

https://journals.openedition.org/rha/7009

"Les armées occidentales actuellement engagées dans des conflits d’un type nouveau, face à un adversaire insaisissable, pourraient-elles s’inspirer de l’histoire des guerres révolutionnaires pour se sortir de l’impasse stratégique dans laquelle elles semblent installées ? L’influence du présent ouvrage sur la pensée utilitaire américaine relève du paradoxe : un Français disparu, inconnu dans son pays, est devenu une référence majeure pour la génération d’officiers de l’US Army aux prises avec les insurrections modernes. Dans son Contre-insurrection, théorie et pratique, rédigé au début de son exil américain, le lieutenant-colonel David Galula livre les leçons qu’il a tirées de sa longue pratique de ce type de conflit, de la chute de Tchang Kaï Chek à la guerre d’Algérie. pour lui. la victoire des insurgés n’est pas une finalité : en s’adaptant à la situation, le gouvernement de contre-insurrection peut. s’assurer du soutien de la population, qui est la clé du succès. Son approche de la question est donc avant tout politique, sans recours. systématique à la violence. Cette première parution en français du livre de Galula est l’occasion de relancer un débat dans lequel notre pays peut avoir toute sa place."

https://www.economica.fr/livre-contre-insurrection-galula-david,fr,4,9782717855098.cfm

(7) "Le dernier des Titans. Réflexions sur Yeshayahou Leibowitz, 1903-1994" [note critique]
Michael Warschawski
Traducteurs : Nicole Beaurain, Larry Portis

L’Homme et la société Année 1994 114 pp. 134-137
Fait partie d’un numéro thématique : État démocratique ou état confessionnel ? Autour du conflit israël-palestine
https://www.persee.fr/doc/homso_0018-4306_1994_num_114_4_2775

Voir aussi Sylvain Cipel, L’État d’Israël contre les Juifs, La Découverte, "Cahiers libres", février 2020, 327 p.

"(...) Dès lors, ce qu’on peut souhaiter aux Juifs, qu’ils soient israéliens ou pas, est qu’ils prennent conscience de cette réalité-là, et en tirent les conséquences, plutôt que de continuer à se voiler la face. Pour résister au repli ethniciste et monolithique ancré dans un autre temps" où l’État d’Israël veut les entraîner." p. 320.

https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-L___tat_d_Isra__l_contre_les_Juifs-9782348043444.html

Ainsi que : Shlomo Sand, Une race imaginaire. Courte histoire de la judéophobie. Essai. Traduit de l’hébreu par Michel Bilis, Seuil, mars 2020, 173 p.

"Amère ironie de l’Histoire : si, dans un lointain passé, il se disait en Allemagne que les philosémites sont des antisémites qui aiment bien les juifs, il ne serait pas excessif de considérer nombre d’Israéliens comme leurs héritiers.", p. 167.

https://www.seuil.com/ouvrage/une-race-imaginaire-shlomo-sand/9782021453362

(8) Les influences nazies du management moderne
8 JANV. 2020 PAR PATRICK CAHEZ BLOG : L’EUROPE SOCIALE DES DROITS DE L’HOMME

"L’historien Johann Chapoutot publie "Libres d’obéir : le management, du nazisme à la RFA" chez Gallimard, dans lequel il explore les techniques de management du régime nazie. Un général ss a créé après guerre une célèbre école de management ayant formé des centaines de milliers de cadre de l’économie et de l’armée et inculqué le " modèle de Harzbourg "."

https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/080120/les-influences-nazies-du-management-moderne

JOHANN CHAPOUTOT
Libres d’obéir. Le management, du nazisme à aujourd’hui
Collection NRF Essais, Gallimard
Parution : 09-01-2020

"Reinhard Höhn (1904-2000) est l’archétype de l’intellectuel technocrate au service du IIIe Reich. Juriste, il se distingue par la radicalité de ses réflexions sur la progressive disparition de l’État au profit de la « communauté » définie par la race et son « espace vital ». Brillant fonctionnaire de la SS – il termine la guerre comme Oberführer (général) –, il nourrit la réflexion nazie sur l’adaptation des institutions au Grand Reich à venir – quelles structures et quelles réformes ? Revenu à la vie civile, il crée bientôt à Bad Harzburg un institut de formation au management qui accueille au fil des décennies l’élite économique et patronale de la République fédérale : quelque 600 000 cadres issus des principales sociétés allemandes, sans compter 100 000 inscrits en formation à distance, y ont appris, grâce à ses séminaires et à ses nombreux manuels à succès, la gestion des hommes. Ou plus exactement l’organisation hiérarchique du travail par définition d’objectifs, le producteur, pour y parvenir, demeurant libre de choisir les moyens à appliquer. Ce qui fut très exactement la politique du Reich pour se réarmer, affamer les populations slaves des territoires de l’Est, exterminer les Juifs.
Passé les années 1980, d’autres modèles prendront la relève (le japonais, par exemple, moins hiérarchisé). Mais le nazisme aura été un grand moment managérial et une des matrices du management moderne."

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/NRF-Essais/Libres-d-obeir

Amedeo Bordiga avait déjà mis en garde clairement dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale :

"Les fascistes ont perdu la dernière guerre, mais le fascisme l’a gagnée. Les principaux Etats capitalistes ayant sauvé leur intégrité et leur continuité historique de cette effroyable crise, le monde bourgeois a pu faire un effort grandiose pour maîtriser les forces qui le menacent. Usant de la tromperie démocratique à une échelle gigantesque, il n’en a pas moins mis sur pied un système qui lui permet de contrôler de plus en plus étroitement les processus économiques, d’immobiliser et de priver de la moindre indépendance tout mouvement social et politique capable de troubler l’ordre constitué. En dépit de leur victoire sur Napoléon, les légitimistes avaient hérité de l’organisation sociale et juridique issue de la révolution : de la même façon, et même s’ils le nient dans de vaines déclarations de principe, les vainqueurs des fascistes et des nazis seront contraints (à plus ou moins brève échéance, de façon plus on moins claire) de reconnaître par leurs actes mêmes qu’ils ont hérité des vaincus les méthodes totalitaires et autoritaires, les seuls possibles pour administrer un monde terriblement convulsé par la seconde guerre impérialiste."

https://www.quinterna.org/lingue/francais/historique_fr/cycle_historique_domination.htm

(9) Emmanuel Macron, Révolution. Édition augmentée du discours prononcé par Emmanuel Macron le 7 mai 2017, après l’annonce de son élection à la Présidence de la République, XO Éditions, "Pocket"2017, 256 p.

https://fr.calameo.com/read/0028111319506d5c99448

"J’avais une obsession, une idée fixe : vivre la vie que j’avais choisie avec celle que j’aimais. Tout faire pour conquérir cela.

Les portes de l’École normale supérieure me restaient fermées et j’entrais par conviction en philosophie à Nanterre et, par le plus grand des hasards, à Sciences Po.

Ces années furent heureuses, constamment animées par l’apprentissage libre, la découverte, les rencontres. J’ai aimé ces lieux comme ceux qui m’ont tant appris. Ma chance fut alors, grâce à la bienveillance de celui qui fut mon professeur d’histoire et son biographe patient, de rencontrer le philosophe Paul Ricœur. Rencontre fortuite presque, alors qu’il cherchait quelqu’un pour archiver ses documents.

Je n’oublierai jamais nos premières heures passées ensemble aux Murs Blancs à Châtenay-Malabry. Je l’écoutais. Je n’étais pas intimidé. C’était, je dois l’avouer, à cause de ma complète ignorance : Ricœur ne m’impressionnait pas, puisque je ne l’avais pas lu. La nuit tombait, nous n’allumions pas la lumière. Nous restions à parler dans une complicité qui avait commencé à s’installer.

Dès ce soir-là commença une relation unique où je travaillais, commentais ses textes, accompagnais ses lectures. Durant plus de deux années, j’ai appris à ses côtés. Je n’avais aucun titre pour jouer ce rôle. Sa confiance m’a obligé à grandir. Grâce à lui, j’ai lu et appris chaque jour. Il concevait son travail comme la lecture continue des grands textes, lui qui se comparait si souvent à un nain sur l’épaule des géants."

p. 24-25.

https://booknode.com/revolution_02312393/extraits?offset=2

Ricoeur, ex-SFIO déatiste, prisonnier de guerre pétainiste militant puis retiré de toute action politique mais inventeur des célèbres "et de droite et de gauche" et "en même temps", chers au néo-chevenementiste et néo-rocardien qu’est Emmanuel Macron. L’alliance du nationalisme et du socialisme, un socialisme nationaliste en quel que sorte, Nationalsozialismus auf Deutsch.

Voir "Sur la passade pétainiste de Paul Ricoeur : un bref épisode ?" ROBERT LEVY : https://pdfs.semanticscholar.org/36bd/90f8fedb5798eca6f596710c119ca0252678.pdf

(10) Une fiche biographique de Jean Castex à lire "en même temps" que celle de Reinhard Höhn. On y trouve des parallèles saisissants.

"Interne, à sa demande13, de 1979 à 1982 au lycée privé de Garaison à Monléon-Magnoac dans les Hautes-Pyrénées, institution de l’enseignement catholique14,15, Jean Castex obtient son baccalauréat en 1982 puis une licence d’histoire à l’université de Toulouse-II-Le Mirail16. Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1986 et titulaire d’une maîtrise de droit public en 198717. En 1989, il intègre l’École nationale d’administration (ENA, promotion Victor-Hugo)16."

"Membre de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains (LR), il est maire de Prades (Pyrénées-Orientales) de 2008 à 2020, secrétaire général adjoint de la présidence de la République entre 2011 et 2012, conseiller régional du Languedoc-Roussillon de 2010 à 2015 et conseiller départemental des Pyrénées-Orientales de 2015 à 2020."

"De 2005 à 2006, Jean Castex est le directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, où il participe à l’introduction de la notion d’objectifs et de rentabilité dans l’hôpital et à une rationalisation des coûts24 dans le cadre du plan hôpital 2007, qui introduit notamment la tarification à l’activité (« T2A »).
Il est ensuite directeur de cabinet de Xavier Bertrand au ministère de la Santé de 2006 à 2007, puis au ministère du Travail de 2007 à 200825.

En novembre 2010, il remplace Raymond Soubie26 au poste de conseiller aux affaires sociales au cabinet du président de la République française auprès de Nicolas Sarkozy. Le 28 février 2011, il est nommé secrétaire général adjoint de l’Élysée27, fonction qu’il occupe jusqu’à la fin du mandat du président Sarkozy, le 15 mai 2012"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Castex

"ll fait ses études au lycée de Meiningen. Il dirige le cercle des jeunes de Thuringe du Sud. Militant nationaliste actif il entre en 1922 dans la Deutschevölkische schutz und trutzbund (ligue nationaliste de défense et d’attaque), un mouvement völkisch antisémite1. Il milite un temps à Stahlhelm puis est arrêté et fait un bref séjour en prison. Il entre en 1923 dans le Jungdeutschen Ordens pour plusieurs années. Il entre au SD en 19322 et devient le premier adjoint de Reinhard Heydrich en tant que premier chef du SD Amt II/1 jusqu’en 1939. En mai 1933 il adhère au parti nazi et en 1934 à la SS."

"Il devient professeur de droit constitutionnel et administratif à l’Université Humboldt de Berlin et titulaire de la chaire de droit public à l’Université d’Iéna de 1935 à 1945 . Il est dans le même temps directeur de l’institut de recherche d’état (Institut für Staatsforschung). Il est un des artisans de la théorisation nationale-socialiste du mouvement Völkisch3."

"On perd sa trace à la fin de la guerre puis il réapparait comme directeur d’une école pour chefs d’entreprise qu’il fonde en 1956 à Bad Harzburg. Il devient formateur en management du personnel pour l’Akademie für Führungskräfte der Wirtschaft (de)), école qui devient très renommée en Allemagne à tel point qu’elle forme 600000 cadres issus de 2600 entreprises allemandes5. Le succès est tel que l’armée et des Länder envoient leurs fonctionnaires pour se former à ces méthodes de management de l’administration privée connu sous le nom de "management par délégation de responsabilité"."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_H%C3%B6hn

(11) Même milieu catholique conservateur et même formation secondaire catholique que Castex pour Roux de Bézieux

"Il est un descendant du couple Claude-Aymé Roux - Blanche de Bézieux, à l’origine de la famille Roux de Bézieuxa, et « comme Nathalie Kosciusko-Morizet […] d’Adrien Treuille (1842-1917), comte romain à titre héréditaire par bref papal et entrepreneur de la Manufacture d’armes de Châtellerault entre 1888 et 1895 »7,b."

"Après des études secondaires au collège Sainte-Croix de Neuilly, il est diplômé de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) et du master « Affaires internationales » de l’université Paris-Dauphine"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Geoffroy_Roux_de_B%C3%A9zieux

(12) Dominer. Enquête sur la souveraineté de l’État en Occident
Pierre DARDOT, Christian LAVAL

Collection : Sciences humaines
Parution : août 2020
ISBN : 9782348042140
Nb de pages : 736
Dimensions : 154 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348059179
Format : EPUB

"Il est courant de déplorer le déclin de la souveraineté de l’État-nation, qui semble devoir être aujourd’hui supplantée par la puissance du capital mondial. Restaurer la verticalité de l’État et son autorité serait ainsi la seule voie pour contester le globalisme néolibéral. C’est contre cette illusion, encore trop répandue à gauche, que Pierre Dardot et Christian Laval ont entamé ce long parcours dans l’histoire complexe et singulière de l’État occidental moderne, depuis sa naissance à partir du modèle de l’Église médiévale jusqu’à son rôle actuel d’État-stratège dans la concurrence mondiale.
Comprendre les aléas et les détours de cette construction, c’est mettre à nu les ressorts d’une domination sur la société et sur chacun de ses membres qui est fondamentalement de l’ordre de la croyance : les « mystères de l’État », le culte de sa continuité qui oblige ses représentants par-delà leur succession, la sacralité dont ces derniers aiment à s’entourer dans l’exercice de leurs fonctions, autant d’éléments qui ont pu changer de forme, mais qui demeurent au principe de sa puissance. En retraçant cette généalogie, il s’agit pour les auteurs de montrer que l’on ne peut répondre aux défis de la mondialisation capitaliste et du changement climatique sans remettre en cause cet héritage. Car l’invocation de la souveraineté « nationale » est devenue l’alibi de l’inaction climatique et de la perpétration des écocides.
Pour affronter ces enjeux globaux, il est indispensable de s’attaquer à un tel régime d’irresponsabilité politique qui dispense les gouvernants de rendre des comptes aux citoyens. C’est dire qu’il faut ouvrir la voie à un au-delà de la souveraineté étatique."

https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Dominer-9782348042140.html

(13) Programme des conférences-séminaires de recherche de la Section Sciences Religieuses de l’EPHE pour 2020-2021 :

Section Sciences religieuses
Philosophie et exégèse dans le monde indien : le problème des universaux
Qu’est-ce qu’une entité spirituelle ?
La prosopographie au service de l’histoire du christianisme dans l’Antiquité tardive
Histoire et traditions textuelles du bouddhisme en Asie du Sud
Histoire politique et religieuse du monde tai
Bouddhisme coréen
Épigraphie de Java
Guerre des deux France et sécularisation au XIXe siècle. Une perspective transnationale.
Initiation au hanmun (chinois classique en Corée)
Épigraphie et iconographie du monde indien
Épigraphie du Campa et du Cambodge
Réflexions sur le polythéisme romain. Les petites divinités dans la hiérarchie/les hiérarchies du panthéon romain
Religion, politique et culture de l’écrit dans les premiers royaumes thaïs (circa XIII-XVIIe siècles)
Andrea ACRI
Études tantriques
Mohammad-Ali AMIR MOEZZI
Exégèse et théologie de l’islam shi’ite
Constance ARMINJON
Islam contemporain : histoire des doctrines et des courants de pensée
Jean-Christophe ATTIAS
Méthodologie des études juives (époques médiévale, moderne et contemporaine)
Jean-Christophe ATTIAS
Pensée juive médiévale (VIe-XVIIe siècles)
Dominique AVON
Islam sunnite
Samra AZARNOUCHE
Religions du monde iranien ancien : études zoroastriennes
Nicole BELAYCHE
Religions de Rome et du monde romain
Alfonsina BELLIO
Ethnologie religieuse de l’Occident contemporain
Esther BENBASSA
Histoire du judaïsme moderne
Mohammed-Hocine BENKHEIRA
Formation des doctrines juridiques et du rituel en islam (du VIIe au XVe siècle)
Mohammed-Hocine BENKHEIRA
La théologie sunnite : lecture des textes
Philippe BERNARD
Liturgies chrétiennes en Occident (de l’Antiquité tardive à l’époque moderne)
Bouddhisme du Cambodge
Hubert BOST
Protestantismes et culture dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles)
Marie-Odile BOULNOIS
Patristique grecque et histoire des dogmes
Olivier BOULNOIS
Philosophie médiévale et métaphysique
Pascal BOURDEAUX
Religions de l’Asie du Sud-Est
Jean-Pierre BRACH
Histoire des courants ésotériques dans l’Europe moderne et contemporaine
Marianne BUJARD
Histoire de la religion et de la pensée dans la Chine ancienne
Patrick CABANEL
Histoire et sociologie des protestantismes
Oscar CALAVIA SÁEZ
Anthropologie religieuse de l’Amérique Latine créole
Daniela CAMPO
Histoire du taoïsme et des religions chinoises - Cours CCF
Matthieu CASSIN
Patristique grecque et histoire des dogmes - Cours de CCF
Despina CHATZIVASILIOU
Le Pélargikon d’Athènes : une zone sacrée
Olivier CHRISTIN
Histoire du catholicisme moderne
Marion CLAUDE
Égyptien hiéroglyphique (introduction)
Marion CLAUDE
Méthodologie dans les études égyptologiques - humanités numériques
Laurent COULON
Religion de l’Égypte ancienne
Lahcen DAAIF
Formation des doctrines juridiques et du rituel en Islam (du VIIe au XVe siècle) - Cours CCF
Sylvio DE FRANCESCHI
Religions, savoir et politique dans l’Europe de l’âge moderne
Muriel DEBIÉ
Christianismes orientaux
Danièle DEHOUVE
Religion en Mésoamérique
Vincent DELECROIX
Philosophie de la religion
Vincent DEROCHE
Christianisme byzantin VIIe-XVe siècles
Vincent ELTSCHINGER
Bouddhismes d’Asie : transmission, communautés, pensées
Vincent ELTSCHINGER
Histoire du bouddhisme indien
Hanna sonia FELLOUS
Iconographie biblique : exégèse et contextes
Alain FORTIER
Introduction et initiation à l’écriture ptolémaïque
Vincent GOOSSAERT
Histoire du taoïsme et des religions chinoises
Christophe GRELLARD
Systèmes de pensées et de croyances médiévaux
Ivan GUERMEUR
Religion égyptienne en Égypte hellénistique et romaine
Andréa-Luz GUTIERREZ CHOQUEVILCA
Anthropologie linguistique
Andréa-Luz GUTIERREZ CHOQUEVILCA
Religions des indiens sud-américains : sociétés des basses terres
Andréa-Luz GUTIERREZ CHOQUEVILCA
Séminaire d’anthropologie américaniste
Robert HAWLEY
Religions et cultures du Levant (1600-500 av. J.-C.)
Geoffrey HERMAN
Judaïsmes antiques et littérature rabbinique classique
Bernard HEYBERGER
Histoire comparée et connectée des christianismes orientaux (XVIe - XIXe siècles)
Bernard HEYBERGER
Histoire des chrétiens d’Orient (XVIe-XXIe siècles)
Philippe HOFFMANN
Théologies et mystiques de la Grèce hellénistique et de la fin de l’Antiquité
Sylvie HUREAU
Bouddhisme chinois
Christian JAMBET
Néoplatonisme et soufisme dans l’exégèse philosophique de Qâzî Sa’îd Qummî : Le commentaire des quarante hadîths.
Agnieszka KEDZIERSKA MANZON
Ethnologie religieuse de l’Afrique subsaharienne
Vassa KONTOUMA
Christianisme orthodoxe
Francois LACHAUD
Bouddhisme japonais
Jean-Luc LAMBERT
Courants religieux du monde russe et russisé (XVIIIe-XXIe siècles)
Pierre LORY
Exégèses mystiques du Coran
Anne-Marie LOSONCZY
Approches comparées du New Age
Aram MARDIROSSIAN
Droits et institutions des chrétientés orientales
Maria-Grazia MASETTI-ROUAULT
Religions du monde syro-mésopotamien (histoire, archéologie)
Séverine MATHIEU
Sociologie des religions et de l’éthique
Laurent MAYALI
Romanité chrétienne et sources du droit moderne
Simon MIMOUNI
Le judaïsme chrétien dans l¿Antiquité : retour sur des éléments de définitions, de recherches et de perspectives
Alice MOUTON
Religions du monde syro-mésopotamien (histoire, archéologie) - Cours CCF
Sophie NORDMANN
La pensée juive de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine
Sophie NORDMANN
Philosophie, éthique et pensée juive
Raducu-gabriel PAUN
Foi et pouvoir au siècle "phanariote"
Denis PELLETIER
Catholicisme contemporain
Denis PELLETIER
Histoire et sociologie du catholicisme contemporain
Sylvie PEPERSTRAETE
Religions en Mésoamérique
Michel-Yves PERRIN
Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive)
Pierluigi PIOVANELLI
Origines du christianisme
Gabriella PIRONTI
Anthropologie religieuse de la Méditerranée ancienne
François de POLIGNAC
Introduction à l’étude de la religion grecque : les sources poétiques
François de POLIGNAC
Religion, société et institutions dans le monde grec
Philippe PORTIER
Histoire et sociologie des laïcités
Francesca PRESCENDI MORRESI
Introduction à la religion romaine
Francesca PRESCENDI MORRESI
Religion de Rome et du monde romain
Ioanna RAPTI
Histoire de l’art et archéologie du monde byzantin et de l’Orient chrétien
Jean-Noël ROBERT
Bouddhisme japonais
Alain ROCHER
Religions et traditions populaires du Japon
Magali ROQUES
De l’obéissance à la liberté. Théologies de l’imputable au XIVe siècle
Irène ROSIER CATACH
Arts du langage et théologie au Moyen Âge
Isabelle SAINT-MARTIN
Arts visuels et christianisme (XIXe-XXIe siècles)
Meryem SEBTI
La prophétie chez Avicenne : perspectives psychologique, éthique et politique
Arnaud SÉRANDOUR
Histoire du judaïsme aux époques hellénistique et romaine
Marta SERNESI
Religions Tibétaines
Marta SERNESI
Thèmes et méthodes de recherche en étude tibétaines
Charles STEPANOFF
Religions de l’Asie septentrionale et de l’Arctique
Judit TÖRZSÖK
Religions de l’Inde : études shivaïtes
Chao ZHANG VICENTE
Bouddhisme chinois - Cours CCF
Valentine ZUBER
Religions et relations internationales

https://www.ephe.psl.eu/formations/conferences

(14) "(...) Par ailleurs, l’immense majorité des fidèles est illettrée. La petite minorité qui peut lire l’arabe classique ne comprend pas forcément l’arabe coranique. Les musulmans eux-mêmes ne cachent pas qu’une compréhension adéquate du Coran est loin d’être à la portée de tout lecteur, même instruit. Sa forme ret son contenu y sont également pour quelque chose : composition décousue où toutes sortes de thèmes, parfois difficilement saisissables, et de passages, quelquefois obscurs, sont abordés dans une logique peu intelligible et une langue souvent déconcertante. Ce qui fait qu’un nombre infime, sans doute moins de 5 % des musulmans, peut avoir une intelligence plus ou moins correcte du Coran dans le texte. (...)" p. 8

Préface de Mohammad Ali Amir-Moezzi, Directeur d’Études à l’EPHE, à :

Le Coran. Traduit de l’arabe et annoté par A. F. I. de Biberstein Kasimirski, Éditions Points, "Sagesses" n° Sa258, 2010, 542 p.

https://www.seuil.com/ouvrage/le-coran-anonyme/9782757844496

Voir également les quatre volumes :

Le Coran des historiens (Coffret)
3408 pages - nov. 2019

89,00€

"Première mondiale, ce monument savant et accessible, qui réunit trente spécialistes internationaux, offre, en trois mille pages, une synthèse complète et critique des travaux passés et des recherches présentes sur les origines du Coran, sa formation et son apparition, sa composition et sa canonisation : vingt études exhaustives sur le contexte introduisent ici à l’analyse circonstanciée du texte, les éléments archéologiques et épigraphiques, les environnements géographiques et linguistiques, les faits ethnologiques et politiques, les parallèles religieux éclairant, verset après verset, en un commentaire total les cent quatorze sourates du livre fondateur de l’islam.

Une aventure inédite de l’esprit.

Une somme sans précédent dans l’histoire.

Une contribution majeure à la science.

Une avancée décisive pour la compréhension mutuelle des cultures."

Dimensions : 15 x 22 x 14ISBN : 9782204135511Poids : 3465 grammes
Avec la collaboration de : Guillaume Dye, Mohammad Ali Amir-Moezzi

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18880/le-coran-des-historiens-coffret

Le Coran des historiens (Bibliographie)
de Guillaume Dye , Mohammad Ali Amir-Moezzi

330 pages - oct. 2019

29,00€

VOLUME 3 : Bibliographie des études sur
le Coran.

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18904/le-coran-des-historiens-bibliographie

(15) Israël Finkelstein et Thomas Römer, Aux origines de la Torah. Nouvelles rencontres, nouvelles perspectives, éd. Bayard, 261 p

"Un archéologue et un exégète s’associent pour raconter les dernières découvertes

Seize ans après la parution de son ouvrage La Bible dévoilée, immense succès, où l’archéologue Israël Finkelstein présentait ses découvertes (se rapportant à un travail de 1970 aux années 2000) qui aboutissaient à une remise en question de l’historicité de nombre de récits bibliques, il refait dans ce livre une nouvelle mise au point des découvertes les plus récentes.

Deux évolutions fondamentales dans son travail : d’abord l’utilisation des méthodes scientifiques les plus modernes comme l’imagerie multispectrale ou l’analyse moléculaire, qui ont permis des avancées considérables dans la connaissance des sites et objets fouillés. Deuxième évolution : son intérêt croissant pour l’analyse critique exégétique et son travail avec des chercheurs dans ce domaine.

Voilà pourquoi il publie aujourd’hui avec le bibliste Thomas Römer, cet ouvrage sur les dernières découvertes des origines de la Bible, archéologie et exégèse s’étant mutuellement enrichies.

Israël Finkelstein est un archéologue israélien. Il est directeur de l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv et coresponsable des fouilles de Megiddo.

Thomas Römer est professeur de la chaire Milieux biblique au Collège de France et enseigne également la Bible hébraïque à l’Université de Lausanne."

19,90 euros. 264 pages.

Paru le 13 février 2019

https://leblog.bayard-editions.com/religieux/aux-origines-de-la-torah

(16) "Les Gilets jaunes semblent défier le pouvoir autant que l’analyse. Basé sur des expériences directes,ce petit livre interroge les pratiques qui s’y sont déployées – et parfois confrontées. Alors que chaque nouvelle séquence de la lutte a semblé effacer la précédente, on en retrace ici l’enchaînement : des blocages aux émeutes, des occupations de ronds points aux assemblées populaires, des appels à l’unité avec les forces de l’ordre à la critique de la répression.

Surgie et demeurée en dehors des cadres des forces politiques classiques, que nous dit cette révolte du cours de la lutte des classes ? Quels sont les mouvements qui l’agitent ? Quels débordements de l’ordre social laisse-t-elle entrevoir ?

Le collectif Ahou ahou ahou, formé à l’occasion de l’écriture de ce livre, est composé de quatre individus ayant traversé la lutte des Gilets jaunes à Paris, à Marseille et dans plusieurs petites villes du sud de la France."

LA RÉVOLTE DES GILETS JAUNES
Histoire d’une lutte de classes
Collectif Aouh aouh aouh
https://niet-editions.fr/catalogue/la-revolte-des-gilets-jaunes/

(17)

Diplôme d’études islamiques
Présentation et objectifs de la formation
Le diplôme d’établissement Études islamiques est un diplôme propre à l’EPHE, conçu et organisé avec le concours de l’IESR. Son objectif est de proposer une introduction à une connaissance universitaire sur la pensée et l’histoire islamiques : textes fondateurs, principaux courants doctrinaux, événements marquants. Il entend fournir des outils méthodologiques ouvrant à une recherche indépendante et critique chez le diplômant.

Ce diplôme est une formation qui s’adresse à un large public (niveau Bac + 3, sauf dérogation) : il est ouvert à tous ceux qui veulent se cultiver et nourrir leur réflexion personnelle mais il a été aussi conçu tout particulièrement pour des responsables religieux ; des aumôniers militaires, pénitentiaires, hospitaliers ; des agents de toutes les fonctions publiques ainsi que des responsables ou membres d’associations...

Candidature
Poser sa candidature sur le site de l’IESR
Dates d’inscription
2ème campagne : du 9 juillet au 11 septembre 2020
Résultat d’admission : 22 septembre 2020
Lorsqu’un entretien est jugé nécessaire par le conseil d’admission,
le candidat sera convoqué à l’EPHE le 28 ou 29 septembre ;
résultat final avant le 5 octobre.
Durée et organisation
168 heures (sur une année)

Le diplôme se prépare en un an d’études correspondant à :
- 1 module de tronc commun à tous les étudiants (48 heures)
Dates et détail des enseignements sur notre guide téléchargeable ci-contre
- 5 modules de 24 heures à choisir en début d’année par le diplômant dans une liste de 12 cours portant sur l’histoire de l’islam et des mondes musulmans (120 heures)

Offre de formation
Responsable :
Özgür TÜRESAY

Liste des unités d’enseignement :
Enseignements du tronc commun
Enseignements hors du tronc commun

https://www.ephe.psl.eu/formations/diplome-etudes-islamiques/diplome-d-etudes-islamiques

(18) "Il est certain que les concepts de l’entendement n’existent nulle part ailleurs que dans la conscience humaine, mais ce n’est pas de là qu’ils surgissent. Ils n’en proviennent pas. C’est l’être social des hommes qui détermine leur conscience. L’objet de la thèse défendue ici est de confirmer cette phrase de Marx, spécialement en ce qui concerne les formes de la connaissance conceptuelle de la nature. La monnaie y joue le rôle délicat de chaînon médiateur entre l’être et la conscience. Alfred Sohn-Rethel"

La Monnaie
[Alfred Sohn-Rethel]
Traduit de l’allemand par Françoise Willmann
ISBN : 979-10-94512-03-6 / Parution : novembre 2017 / 227 p. / 12,00 €
https://editionslatempete.com/la-monnaie/

(19)

CORNELIUS CASTORIADIS
Sur la dynamique du capitalisme et autres textes, suivi de L’Impérialisme et la guerre
Écrits politiques 1945-1997, VIII
720 pages, 38 euros
ISBN 978-2-35821-137-6
15 x 24
Édition préparée par Enrique Escobar, Myrto Gondicas et Pascal Vernay

I. SUR LA DYNAMIQUE DU CAPITALISME ET AUTRES TEXTES

Sur la dynamique du capitalisme, I et II (1953-1954)

Matériaux pour « Sur la dynamique du capitalisme, III » (1954-1975)

Imaginaire et économie (1965-1975)

Sur le savoir économique (1971-1973)

Valeur, égalité, justice, politique : de Marx à Aristote et d’Aristote à nous (1975).

Notes pour La Dynamique... et autres matériaux (1975-1976)

Le système mondial de domination (1977-1978)

Annexes

II. L’IMPÉRIALISME ET LA GUERRE

Note liminaire de CMR,1 (1978)

Rapport politique pour le Ve Congrès du PCI (1948)

La consolidation temporaire du capitalisme mondial (1949)

Notes sur la situation internationale (1949-1952)

La guerre et la perspective révolutionnaire (1952)

La politique du bloc occidental (1952)

1953 et les luttes ouvrières (1954)

Situation de l’impérialisme et perspectives du prolétariat (1954)

Annexes

http://www.editionsdusandre.com/editions/livre/190/sur-la-dynamique-du-capitalisme-et-autres-textes-suivi-de-l-imperialisme-et-la-guerre

(20)

CORNELIUS CASTORIADIS
Écologie et politique, suivi de Correspondances et compléments
Écrits politiques 1945-1997, VII
448 pages, 28 euros
ISBN 978-2-35821-136-9
15 x 24
I. ÉCOLOGIE ET POLITIQUE

Catégories technico-économiques et histoire (1964)

Technique (1973)

Réflexions sur le « développement » et la « rationalité » (1974)

Savoir, technique et pouvoir (1980)

Une rencontre : Castoriadis et Ellul (1982-1989)

Voie sans issue ? (1987)

L’écologie contre les marchands (1992)

La force révolutionnaire de l’écologie (1992)

II. CORRESPONDANCES

Lettres à : Yannis Kontoyannis – Natalia Sedova Trotski – Claude Lefort – C.L.R. James – Christopher Pallis (« Maurice Brinton ») – Ken Weller – Yvon Bourdet – Ivan Illich – Pierre Lanneret (« Camille ») – Marc Richir – Léonid Plioutch – François Aubral et Xavier Delcourt – François Roustang – Christian Bourgois – Jean Daniel – Pierre Viansson-Ponté – Mónica Chaonchol – Olof Gigon – Ágnes Heller et Ferenc Fehér – Maurice Luciani – Mikhail Agursky – Roman Kolkowicz – Octavio Paz – Johann Arnason – Jacques Gautrat (« Daniel Mothé ») – Michel Richard – Annie Le Brun – Jacques Grinblat (« Privas ») – Jean-Louis Prat – Avra- ham Rozenkier – François Guibal – Kan Eguchi – Richard Rorty

III. COMPLÉMENTS

« Je ne suis pas conseiller en développement à horreur minimale » (1976)

Institution et signification (1977-1980)

Domination et hétéronomie (1977-1980)

L’Iran et l’Islam (1981)

À qui appartient un territoire ? (1984)

Le grand sommeil des « démocraties » (1989)

Éthique et politique (1990)

Universalisme et démocratie (1994)

http://www.editionsdusandre.com/editions/livre/189/ecologie-et-politique-suivi-de-correspondances-et-complements

*
**

[pournotre debat] Fwd :
Boîte de réception

’Michel Lanson’ via pournotredebat
dim. 25 oct. 16:10

À DEBATS

Mes chers camarades,
Il est toujours interessant de revenir aux sources des notions. Bien souvent elles apparaissent plus complexes que leurs simplifications utilisées dans les DEBATS impossibles dans la "cancel culture" que nous avons laissée advenir.
Le texte politique initial qui reçut la qualification d’islamo gauchiste est ci dessous c’est celui de Harman en 1994 le prophète et le proletariat.
Il est effectivement plus subtil et complexe que la caricature qui en a été faite. Et on se rend assez vite compte que le retour aux études est nécessaire. Le temps a passé , l’histoire a varié mais le niveau d’analyses des "gauches" ....mon Dieu !!!
À lire, même si c’est un peu long pour les twitto militants.
Michel

Envoyé de mon iPad

Début du message transféré :

Expéditeur : Michel Lanson

<michel.lanson@icloud.com>

Date : 25 octobre 2020 15:28:41 UTC+1
Destinataire : Michel Lanson

<michel.lanson@orange.fr>

https://www.marxists.org/francais/harman/1994/00/prophet.htm

Partagée via le Appli Google

Envoyé de mon iPad
— 
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes "pournotredebat".
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse pournotredebat+unsubscribe@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/96472373-5A1A-4B60-AC6D-433EB0A35465%40icloud.com.

’FISCHER BERNARD’ via pournotredebat
dim. 25 oct. 16:39

À Pournotredebat

Merci à Michel pour la diffusion de ce lien.

C’est effectivement le texte de base de l’islamo-gauchisme.

Il date maintenant de plus d’un quart de siècle.

Pendant plus de vingt-cinq ans, la quasi-totalité des trotskystes français partaient en guerre contre le SWP de Grande Bretagne au nom d’une certaine conception de la laïcité française.

De la même manière, j’écrivais il y a cinq ans un message de réponse à Pierre Rousset suite à l’attentat contre Charlie Hebdo.

Quand je fais la comparaison entre les messages de Pierre Rousset en 2015 et les messages de Pierre Rousset en 2020, j’ai l’impression d’une évolution positive, de mon point de vue.

Bernard


Message transmis -----
De : ’Michel Lanson’ via pournotredebat
À : DEBATS
Envoyé : dimanche 25 octobre 2020 à 16:10:33 UTC+1
Objet : [pournotre debat] Fwd :
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/2052318590.3478845.1603640373907%40mail.yahoo.com.

michel lanson

<Michel.Lanson@orange.fr>

Pièces jointes
lun. 26 oct. 15:49
l

À jean-françois, DEBATS

En effet, Bernard a raison de rappeler que ce texte a plus de vingt-cinq ans.
C’est un texte qui aborde l’étude d’un point de vue matérialiste, souvent mécanique mais qui est une base théorique majeure à partir de laquelle on peut travailler sur les dérives idéalistes des productions actuelles.La question de la laïcité n’est pas une question centrale, il y a deux occurrences et ce qui est abordé c’est plus la différence entre une laïcité d’Etat et une laïcité basée sur le mouvement ouvrier qu’un refus de la notion laïcité (là la question de l’Etat dans mouvement ouvrier français est une vraie question).
Ce texte a donc été écrit avant les révolutions arabes et les contre révolutions des pouvoirs musulmans institués, avant les mouvements des places (dont l’écho français fut Nuit debout) ou des mouvements sismiques comme les gilets jaunes, avant aussi les profondes transformations du prolétariat international au cours de la révolution néolibérale en cours, avant les révoltes des banlieues, avant ...
Mais les orientations n’évoluent pas au gré des vents fussent-ils révolutionnaires, elles sont les produits des luttes et des contradictions des mouvements. Du point de vue politique, il est donc important de voir les luttes menées par des organisations musulmanes venant de la bourgeoisie et petite bourgeoisie intellectuelle autour de Tarik Ramadan et des Frères musulmans lors des Forum sociaux de la première décennie du millénaire. Ces attaques vont directement influencer les orientations d’organisations trotskistes en GB et des syndicats comme la Confédération Paysanne ou certains SUD en France sans parler des organisations politiques via Socialisme par en bas par exemple. Voir l’analyse d’un « politiste anglais » ci dessous.
Ensuite il conviendrait de revenir sérieusement sur le trajet des French Théories, leurs transformations dans les « Studies » et la construction des nouveaux concepts racialistes et identitaires dans la sphère du droit. Bref revenir sur des concepts souvent survolés dans nos discussions. Ces notions sont au coeur des mouvements des nouvelles générations qui se sont détournées des analyses marxistes autant par notre faute, nos impenses que par la rapidité de la circulation des idées et des transformations qui en sont la source.
Dans cette situation mortifère d’un point de vue sanitaire comme politique il est toujours temps d’échanger pour essayer de retrouver le fil d’une analyse matérialiste si possible.
Ces sujets sont lourds d’orages mais il est vital de renouer les bribes d’analyses pour retrouver la question sociale, la question politique et les perpectives émancipatrices. L’effondrement dans la "cancel culture" marque sans doute l’essoufflement des "new idéologies" mais les secousses se feront ressentir longuement (pensons aux soubresauts encore présents du néostalinisme ).
Si l’on vu vraiment discuter, il faut organiser la discussion.
Texte en dessous. C’est long encore !
Michel
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/66AAFFC1-1744-4411-BA39-0328B0ADDE6C%40orange.fr.
— 
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes "pournotredebat".
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse pournotredebat+unsubscribe@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/66AAFFC1-1744-4411-BA39-0328B0ADDE6C%40orange.fr.

Zone contenant les pièces jointes

’FISCHER BERNARD’ via pournotredebat
Pièces jointes
lun. 26 oct. 19:22

À Pournotredebat

Je remercie encore une fois Michel pour la diffusion de ce nouveau message et je le lisais attentivement.

Ce message de Timothy Peace, encore un pseudonyme, me semble une très honnête présentation de la tentative de participation d’un certain nombre d’organisations musulmanes au mouvement alter mondialiste des Forums Sociaux Mondiaux.

Sauf erreur, il date de 2004, dix ans donc après le message de Chris Harman, il est donc un peu plus récent, mais c’était tout de même il y a seize ans.

Le rapport entre les deux messages me semble le suivant. Le message de Timothy Peace est un peu un bilan de la tentative d’application du programme de Chris Harman en Grande Bretagne.

Je connais finalement très peu, sinon pas du tout, l’histoire des trotskystes britanniques, il y a très peu de messages en français, en particulier en raison du boycott féroce des trotskystes britanniques par les trotskystes français pendant toute cette période.

Je parlerais seulement donc de la France et, de mon point de vue, le message de Timothy Peace est une présentation très diplomatique de cette question. C’est un message style thèse de troisième cycle, il euphémise et il sous-estime complètement les divergences à l’intérieur de l’extrême gauche française relatives à la question de la participation de militants et d’organisations musulmanes, je ne parle même pas de militants islamistes, je parle de militants musulmans, au mouvement alter mondialiste, aux FSM et aux FSE, et de l’extraordinaire dérive d’un certain nombre d’entre eux depuis seize ans.

Je me souviens par exemple de la véritable horreur rétrospective de la campagne Bové en 2007, c’est vrai, c’était trois ans après la date probable du message de Timothy Peace, mais il en parle tout de même dans son message. Il y avait d’une part un accord entre Bové et Royal pour un désistement au deuxième tour et pour un poste de ministre pour José Bové dans un gouvernement de la présidente de la république Ségolène Royal et il y avait d’autre part les réunions publiques communes de José Bové et de Youssef Boussoumah, au nom du MIB, à Argenteuil et ailleurs. En même temps, Youssef Boussoumah fondait le Mouvement des Indigènes de la République en 2005 et ensuite le Parti des Indigènes de la République en 2008.

Il y avait l’affaire de l’exclusion des deux filles de Laurent Lévy du lycée Henri Wallon d’Aubervilliers en 2003. C’était bien une affaire interne à l’extrême gauche française. Les professeurs d’extrême gauche étaient majoritaires au lycée Henri Wallon d’Aubervilliers et les deux principaux responsables de l’exclusion d’Alma et de Lila Lévy étaient Pierre François Grond, leader national de la LCR, et Philippe Darriulat, ancien militant de l’OCI et ancien président de l’UNEF.

Au niveau des dérives, en sens inverse, il y a celle de Denis Collin et de Jacques Cotta. Vous trouverez par exemple ci-dessous un lien vers le dernier message de Jacques Cotta

https://la-sociale.online/spip.php?article515

Je ne parlerais même pas de Ramadan et de Dieudonné, c’est trop triste et trop lamentable.

Ce sont quelques-unes, parmi tant d’autres, des raisons du champ de ruines de l’extrême gauche française, comme dit Besancenot.

Bernard


Message transmis -----
De : michel lanson

<michel.lanson@orange.fr>

À : DEBATS
Cc : jean-françois Fontana
Envoyé : lundi 26 octobre 2020 à 15:49:08 UTC+1
Objet : Re : [pournotre debat]
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/984423024.5666171.1603736531442%40mail.yahoo.com.

Zone contenant les pièces jointes

*
**

LE PROPHETE ET LE PROLETARIAT
Boîte de réception

FISCHER BERNARD
dim. 25 oct. 17:24

À FISCHER

LE PROPHETE ET LE PROLETARIAT

Dimanche 25 Octobre 2020

Vous trouverez ci-dessous la conclusion du célèbre message de Chris Harman, leader du Socialist Workers Party (SWP) de Grande Bretagne, en 1994, dont le titre était « le prophète et le prolétariat ». Le message est disponible en totalité en français à l’adresse ci-dessous.

Bernard Fischer

https://www.marxists.org/francais/harman/1994/00/prophet.htm

http://www.fischer02003.over-blog.com/2020/10/le-prophete-et-le-proletariat.html

LE PROPHETE ET LE PROLETARIAT

La gauche a commis une erreur en considérant les mouvements islamistes soit comme automatiquement réactionnaires et fascistes, soit comme automatiquement anti-impérialistes et progressistes. L’islamisme radical, avec son projet de reconstitution de la société sur le modèle établi par Mohammad dans l’Arabie du septième siècle, est en fait une utopie émanant d’une fraction déchue de la nouvelle petite bourgeoisie. Comme pour toute utopie petite bourgeoise, ses partisans sont en fait face au choix entre une lutte héroïque mais désespérée pour imposer cette utopie à ceux qui dirigent la société et celui de se compromettre avec eux, fournissant ainsi un vernis idéologique à la perpétuation de l’oppression et de l’exploitation. C’est cela qui conduit inévitablement à des scissions entre une aile radicale et terroriste de l’islamisme et une aile réformiste. C’est aussi cela qui conduit un certain nombre de radicaux à passer de l’utilisation des armes afin de créer une société débarrassée des oppresseurs à l’utilisation de ces mêmes armes pour imposer à des individus des comportements islamiques.

Les socialistes ne peuvent considérer les petits bourgeois utopistes comme leurs ennemis principaux. Ils ne sont pas responsables du système capitaliste mondial, de la soumission de milliards de personnes à la dynamique aveugle de l’accumulation capitaliste et du pillage de continents entiers par les banques ou des machinations qui ont eu pour conséquence une succession de guerres effrayantes depuis la proclamation du nouvel ordre mondial. Ils n’ont pas été responsables des horreurs de la première guerre du golfe, qui commença par la volonté de Saddam Hussein de rendre service aux Etats-Unis et aux monarchies du golfe et qui s’acheva par l’intervention américaine aux côtés de l’Irak. Ils n’ont pas été responsables des massacres au Liban, lors desquels l’offensive des phalangistes, l’intervention syrienne contre la gauche et l’invasion israélienne, ont créé les conditions qui ont donné naissance au militantisme chiite. Ils ne sont pas responsables de la seconde guerre du golfe, avec ses frappes chirurgicales contre les hôpitaux de Bagdad et le massacre de quatre-vingt mille personnes alors qu’elles fuyaient du Koweït vers Bassorah. La pauvreté, la misère, les persécutions et la négation des droits de l’homme, existeraient encore dans des pays comme l’Egypte et l’Algérie même si les islamistes disparaissaient demain.

Pour toutes ces raisons, les socialistes révolutionnaires ne peuvent apporter leur soutien à l’état contre les islamistes. Ceux qui lui apportent leur soutien en le justifiant par la menace que les islamistes font peser contre les valeurs laïques ne font que leur rendre la tâche plus facile de présenter la gauche comme une composante de la conspiration impie et laïciste des oppresseurs contre les fractions les plus pauvres de la société. Ils répètent les erreurs commises par la gauche en Algérie et en Egypte lorsqu’elle chantait les louanges de régimes qui ne faisaient rien pour la plus grande partie de la population, en les présentant comme progressistes, des erreurs qui ont permis aux islamistes de croître. Et ils oublient que tout appui que l’état apporterait aux valeurs laïques ne serait que purement contingent, lorsque cela lui conviendra, il conclura un accord avec les islamistes les plus conservateurs pour imposer des parties de la charia, en particulier celles qui infligent de lourdes peines à la population, contre leur collaboration, afin d’écarter les radicaux et anéantir leur espoir d’abolir l’oppression. C’est ce qui s’est produit dans le Pakistan de Muhammad Zia ul Haq et dans le Soudan de Gaafar Nimeiry et c’est apparemment la solution que l’administration de William Clinton a conseillée aux généraux algériens.

Mais les socialistes ne peuvent pas plus soutenir les islamistes. Cela équivaudrait à remplacer une forme d’oppression par une autre, à réagir à la violence étatique par l’abandon de la défense des minorités religieuses et ethniques, des femmes et des homosexuels, et à se compromettre avec la pratique de l’utilisation de bouc-émissaires qui permet de poursuivre l’exploitation capitaliste sans encombre à condition qu’elle adopte des formes islamiques. Ce serait abandonner la finalité d’une politique socialiste indépendante, basée sur les travailleurs en lutte entraînant et organisant tous les opprimés et les exploités, pour un suivisme à l’égard d’une utopie petite bourgeoise qui ne peut réussir.

Les islamistes ne sont pas nos alliés. Ils sont des représentants d’une classe qui tente d’influencer la classe ouvrière et qui, lorsqu’elle y parvient, attire des travailleurs soit vers un aventurisme futile et désastreux, soit vers une capitulation réactionnaire devant le système ou, comme souvent, à l’un puis à l’autre.

Mais cela ne veut pas dire que nous pouvons pour autant prendre une position abstentionniste, indifférente à l’égard des islamistes. Ils naissent de groupes sociaux très importants qui souffrent dans la société actuelle. Leurs sentiments de révolte pourraient être canalisés vers des objectifs progressistes, si une direction leur était offerte par une montée des luttes ouvrières. Même lorsque le niveau de luttes ne s’élève pas, beaucoup de ceux qui sont attirés par des versions radicales de l’islamisme peuvent être influencés par les socialistes, à condition que ceux-ci combinent une indépendance politique à l’égard de toutes les formes de l’islamisme, avec la volonté de saisir les opportunités pour entraîner à leurs côtés des militants islamistes dans des formes de lutte authentiquement radicales.

L’islamisme radical est plein de contradictions. La petite bourgeoisie est toujours poussée dans deux directions, vers la rébellion radicale contre la société ou vers la compromission avec celle-ci. C’est pourquoi l’islamisme est toujours tiraillé entre la rébellion destinée à obtenir une résurrection complète de la communauté musulmane et la compromission afin d’imposer des réformes islamiques. Ces contradictions s’expriment inévitablement dans des conflits extrêmement aigus, souvent violents, à l’intérieur et entre les groupes islamiques.

Ceux qui considèrent l’islamisme comme un monolithe entièrement réactionnaire oublient qu’il y a eu des conflits entre islamistes sur l’attitude à adopter lorsque l’Arabie Saoudite et l’Iran étaient dans des camps opposés pendant la première guerre du Golfe. Il y a eu les divergences qui ont conduit le Front Islamique de Salut (FIS) en Algérie à rompre avec ses sponsors saoudiens, ou les islamistes en Turquie à organiser des manifestations de soutien au peuple irakien lancées à partir de mosquées financées par les saoudiens pendant la seconde guerre du golfe. Il y a les violents affrontements armés qui se produisent entre les armées islamistes rivales en Afghanistan. Il y a des divergences à l’intérieur du Hamas parmi les palestiniens sur l’acceptation ou le rejet d’un compromis avec l’administration croupion palestinienne de Yasser Arafat, et par conséquent indirectement avec Israël, en échange de l’introduction de lois islamiques. De telles différences d’attitude émergent nécessairement une fois que l’islam réformiste conclut des accords avec des états qui sont intégrés au système mondial. Car chacun de ces états est rival des autres et chacun conclut ses propres alliances avec les impérialistes dominants.

Des divergences similaires sont susceptibles d’émerger à chaque fois que le niveau des luttes ouvrières s’élève. Ceux qui financent les organisations islamistes voudront faire cesser de telles luttes, voire les briser. Certains des jeunes islamistes radicaux, au contraire, soutiendront instinctivement la lutte. Les dirigeants des organisations seront pris en étau, marmonnant sur la nécessité pour les employeurs de faire preuve de charité et pour les travailleurs de faire preuve de patience et de pardon.

Finalement, le développement même du capitalisme force les dirigeants islamistes à faire des acrobaties idéologiques lorsqu’ils se rapprochent du pouvoir. Ils opposent les valeurs islamiques et les valeurs occidentales. Mais l’essentiel de ce que l’on appelle les valeurs occidentales ne prend pas racine dans une quelconque culture européenne mythique. Elles trouvent leur source dans le développement du capitalisme sur les deux siècles passés. Ainsi, il y a un siècle et demi, l’attitude majoritaire au sein de la petite bourgeoisie britannique à l’égard de la sexualité était remarquablement similaire à celle prêchée par les partisans de la résurrection musulmane de 1994. La sexualité en dehors du mariage était interdite et, par certains aspects, les femmes avaient moins de droits que n’en garantissent la plupart des versions de l’islam. L’héritage était réservé à l’aîné des enfants, alors que l’islam attribue à la fille la moitié de la part du garçon. Il n’y avait aucun droit au divorce, alors que l’islam accorde ce droit dans un nombre très limité de cas. Le changement des attitudes britanniques n’est attribuable ni à des éléments qui seraient inhérents à la psychologie occidentale, ni à des prétendues valeurs judéo-chrétiennes, mais à l’impact du capitalisme en développement, son besoin de force de travail féminine l’a contraint à changer certaines attitudes et, ce qui est plus important, il a placé les femmes dans une position sociale qui leur a permis de revendiquer des changements plus importants.

C’est pourquoi même dans les pays où l’église catholique avait été immensément puissante comme en Irlande, en Italie, en Pologne et en Espagne, celle-ci a dû accepter à contrecœur une diminution de son influence. Les pays où l’islam est religion d’état ne pourront s’immuniser des pressions qui les poussent vers des changements similaires, quels que soient leurs efforts.

L’expérience de la république islamique d’Iran nous le prouve. Malgré toute la propagande officielle voulant que le rôle principal des femmes soit celui de mères et d’épouses et malgré toutes les pressions exercées pour les exclure de certaines professions comme la justice, la proportion des femmes dans la main d’œuvre a légèrement crû. Elles continuent à représenter vingt-huit pour cent des employés de l’état, le même pourcentage qu’au moment de la révolution. Dans ce contexte, le régime a dû changer de politique de contrôle des naissances, vingt-trois pour cent des femmes utilisant des contraceptifs, et il a dans certains cas assoupli sa position sur l’obligation de porter le voile. Bien que, dans le domaine du divorce et de la famille, les femmes n’aient pas des droits égaux à ceux des hommes, elles conservent le droit de vote, il y a deux députés femmes, elles vont à l’école, elles disposent d’un quota de places à l’université dans toutes les disciplines et elles sont incitées à suivre des études médicales et un entraînement militaire.

Ervand Abrahamian note au sujet de Ruhollah Khomeyni que « ses disciples les plus proches se moquaient souvent des traditionalistes qu’ils qualifiaient de vieux jeu. Ils les accusaient soit d’être obsédés par la pureté rituelle, d’empêcher leurs filles d’aller à l’école, de leur imposer le voile même en dehors de toute présence masculine, de rejeter des activités intellectuelles telles que l’art, la musique et les jeux d’échecs, et, pire que tout, de refuser d’utiliser les moyens de la presse, de la radio et de la télévision ».

Rien de tout cela ne devrait nous surprendre. Ceux qui dirigent le capitalisme et l’état iranien ne peuvent se passer de la main d’œuvre féminine présente dans des secteurs-clé de l’économie. Et les fractions de la petite bourgeoisie qui ont constitué la colonne vertébrale du Parti de la République Islamique (PRI) avaient commencé au cours des années 1970 à envoyer leurs filles à l’université et à la recherche d’emplois, justement parce qu’ils voulaient disposer de salaires supplémentaires afin d’élever les revenus de la famille et de faciliter le mariage de leurs filles. Ils n’ont pas été disposés, au cours des années 1980, à les abandonner au nom de la piété religieuse.

Pas plus que toute autre idéologie, l’islamisme ne peut geler le développement économique et par conséquent social. Encore et toujours des tensions émergeront en son sein et elles trouveront leur expression en des conflits violents opposant ses partisans.

Les jeunes islamistes sont en général les produits intelligents et sophistiqués de la société moderne. Ils lisent les livres et les journaux, ils regardent la télévision et ils sont donc au courant de toutes les divisions et les affrontements qui se produisent au sein de leurs propres mouvements. Quels que soient leurs efforts pour serrer les rangs lorsqu’ils sont confrontés à des laïcistes, de la gauche ou de la bourgeoisie, ils connaîtront des débats houleux les opposant les uns aux autres, comme les ailes russes et chinoises du mouvement communiste mondial, apparemment monolithique, en avaient connu il y a trente ans. Ces débats créeront des doutes dans l’esprit de certains d’entre eux.

Les socialistes peuvent profiter de ces contradictions pour amener certains des islamistes les plus radicaux à remettre en cause leur attachement aux idées et aux organisations islamistes, mais seulement si nous construisons nos propres organisations indépendantes, qui ne puissent être identifiées ni aux islamistes ni à l’état.

Sur certaines questions, nous serons du même côté que les islamistes contre l’impérialisme et contre l’état. C’était le cas, par exemple, dans un grand nombre de pays lors de la seconde guerre du golfe. Ce devrait être le cas dans des pays comme la France ou la Grande Bretagne lorsqu’il s’agit de combattre le racisme.

Là où les islamistes sont dans l’opposition, notre règle de conduite doit être avec les islamistes parfois, avec l’état jamais.

Mais même dans ce cas, nous divergeons des islamistes sur des questions fondamentales. Nous sommes pour le droit de critiquer la religion comme nous défendons le droit de la pratiquer. Nous défendons le droit de ne pas porter le foulard comme nous défendons le droit des jeunes filles dans les pays racistes comme la France de le porter si elles le désirent. Nous nous opposons aux discriminations que pratique le grand capital dans des pays comme l’Algérie contre les arabophones, mais nous sommes aussi opposés aux discriminations dont sont victimes les berbérophones, certaines couches de travailleurs ou des couches inférieures de la petite bourgeoisie qui ont été élevées avec la langue française. Par-dessus tout, nous sommes opposés à toute action qui oppose, sur des bases religieuses ou ethniques, une fraction des exploités et des opprimés à une autre. Cela signifie aussi bien défendre les islamistes contre l’état que défendre les femmes, les homosexuels, les berbères ou les coptes contre certains islamistes.

Lorsque nous sommes du même côté que les islamistes, une de nos tâches est de polémiquer avec fermeté avec eux, de mettre en question leurs opinions, pas seulement sur l’attitude de leurs organisations envers les femmes et les minorités, mais aussi sur la question fondamentale, à savoir, avons-nous besoin de la charité des riches ou de renverser et détruire les rapports de classe existants.

Par le passé, la gauche a commis deux erreurs face aux islamistes. La première a été de les considérer comme des fascistes, avec lesquels rien de commun n’était possible. La seconde a été de les considérer comme des progressistes qu’il ne fallait pas critiquer.

Ces erreurs ont toutes deux contribué à aider les islamistes à croître aux dépens de la gauche dans la majorité du Moyen Orient. Il faut une approche différente, qui considère l’islamisme comme le produit d’une crise sociale profonde qu’il ne peut en aucune façon résoudre, qui se batte pour gagner certains de ses jeunes partisans à une autre perspective très différente, indépendante, socialiste et révolutionnaire.

*
**

[pournotre debat] Troisième long texte
Boîte de réception

michel lanson

<michel.lanson@orange.fr>

Pièces jointes
mar. 27 oct. 15:42

À DEBATS, Dominique, Anne, jean-françois, Alain

Certains ont certainement déjà lu ce texte sur l’origine et la construction des nouveaux concepts de domination.
Il n’est pas question de remettre en cause la notion d’intersectionnalité par exemple mais de s’interroger sur le glissement dans le débat public de ce concept, forgé dans le cadre de la justice pénale pour fixer les peines et calculer les indemnités. Surtout s’interroger sur le passage au second plan de la question sociale et politique et sur le fait que les notions identitaires viennent faire écran à la lutte des classes au lieu de s’y inscrire pleinement.
"Partir du général pour s’élever au particulier » disait-il. M’enfin !

Ce triptyque de « longs textes anciens » qui abordent avec le recul historique nécessaire les théories (avec leurs histoires comme avec leurs évolutions) à l’oeuvre aujourd’hui dans la lutte politique, devrait nous servir pour aborder sereinement une véritable discussion sur la désastreuse situation présente. Organisons-la au moment où les orientations fuient de partout, où les militants tournent en rond, où les organisations se déchirent, où les résistances idéologiques au néolibéralisme se sont laissées cornérisées. Et surtout au moment où le pouvoir néolibéral se retrouve seul la barre d’un navire sans autre gouvernail que le profit des nouveaux puissants dans une mer déchainée.

— 
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes pournotredebat.
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse pournotredebat+unsubscribe@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/1453EA03-D69B-4FC6-81BE-57AB3230E113%40orange.fr.
Zone contenant les pièces jointes

*
**

IL Y A DIX ANS GENERATION MOUSSAID
Boîte de réception

FISCHER BERNARD
mar. 27 oct. 19:28

À FISCHER

http://www.fischer02003.over-blog.com/2020/10/il-y-a-dix-ans-generation-moussaid.html

IL Y A DIX ANS GENERATION MOUSSAID
Par Bernard Fischer

Mardi 27 Octobre 2020

L’islamophobie agite la société française depuis au moins trente ans, depuis la première affaire du voile à Creil en 1989. En 2010, il y a dix ans, une candidate du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) aux élections régionales de la région Provence Alpes Côte d’Azur (PACA), Ilham Moussaïd, portait le voile islamique. La présentation de cette candidate provoquait une violente campagne islamophobe contre le NPA. Au mois de février 2010, j’écrivais et je diffusais un message politique personnel relatif à cette histoire, dont le titre était Génération Moussaïd. Vous le trouverez ci-dessous, sans commentaire supplémentaire.

Il y a donc une candidate du NPA aux élections régionales dans la région PACA et cette candidature provoque une nouvelle affaire du voile.

Nous discutons de cette question depuis vingt ans. Les bases les plus fondamentales de cette discussion sont les positions traditionnelles du véritable marxisme et de la véritable laïcité par rapport à la question de la religion. Le véritable marxisme et la véritable laïcité ne demandaient et ne pratiquaient jamais l’interdiction des religions. Les trois grandes religions monothéistes n’étaient et ne seront jamais monolithiques. Il y a et il y aura des catholiques d’extrême droite et des catholiques d’extrême gauche. Il y a et il y aura des juifs d’extrême droite et des juifs d’extrême gauche. Il y a et il y aura des musulmans d’extrême droite et des musulmans d’extrême gauche. Des révolutionnaires et des réactionnaires portent et porteront le voile et la barbe. Des révolutionnaires et des réactionnaires ne portent pas et ne porteront pas ni le voile ni la barbe.

A la fin du dix-neuvième siècle, Karl Marx défendait les luttes de libération nationale en Europe, en particulier en Irlande et en Pologne. Personne ne l’ignore, et Karl Marx ne l’ignorait certainement pas à l’époque, l’Irlande et la Pologne sont des pays dans lesquels la tradition catholique est forte. Un siècle plus tard, en 1989, la victoire de la résistance musulmane en Afghanistan contre l’armée soviétique et contre le gouvernement du parti communiste afghan précipitait la chute de l’union soviétique. Un siècle plus tard, en 1989, la victoire du syndicat catholique Solidarnosc en Pologne contre le gouvernement du parti communiste polonais précipitait la chute de l’union soviétique. Les organisations majoritaires de la résistance anti impérialiste et anti sioniste libanaise et palestinienne sont aujourd’hui des organisations musulmanes.

La première affaire du voile en France éclatait en 1989 à Creil. Dès le premier jour, une étrange coalition de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), de SOS Racisme et de Lutte Ouvrière, réclamait une loi pour l’interdiction du port du voile. Le ministre de l’éducation nationale de l’époque, un certain Lionel Jospin, consultait le conseil d’état et le verdict du conseil d’état était extrêmement clair. Le port du voile n’était pas contradictoire par rapport à la laïcité, la république n’était pas en danger et les intégristes laïcs nous foutaient la paix pendant quinze ans. Vingt ans plus tard, suite à la dernière connerie d’André Gérin, d’Eric Raoult, d’Eric Besson et de tous les intégristes laïcs, François Fillon fait comme Jospin, il consulte le conseil d’état.

Le prolétariat mondial du vingt et unième siècle est et sera noir, arabe, musulman, chinois et latino-américain. En 1981, il y a trente ans, c’était la génération Mitterrand et la marche des beurs, dont l’un des principaux organisateurs était déjà un prêtre ouvrier. En 2010, trente ans plus tard, Fadela Amara est ministre de la ville et des banlieues d’un gouvernement de droite. En 2010, c’est la génération Moussaïd. Dans vingt ans, il y aura un gouvernement révolutionnaire en France, Ilham Moussaïd aura quarante et un ans et elle ou une autre représentante de sa génération sera ministre de la ville et des banlieues.

*
**

[pournotre debat] tr : Didier Daeninckx
Boîte de réception

francois PALLARES

<pallares.f@orange.fr>

Pièces jointes
sam. 31 oct. 09:33

À pournotredebat

Il est à supposer que Daeninckx est aussi raciste que Charb, Wolinski, Honoré, Cabu ou Paty....

A plousch.

FPA

— 
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes "pournotredebat".
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse pournotredebat+unsubscribe@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/pournotredebat/1870704692.1002.1604133198579.JavaMail.www%40wwinf1m17.
Zone contenant les pièces jointes

Frank Mintz frank.mintz@free.fr via googlegroups.com
sam. 31 oct. 11:15

À pournotredebat

Excelente

Lo voy a transmitir a paletadas.

Abrazos

Frank

*
**

[pournotre debat] Chris Harman et le terrorisme islamiste
Boîte de réception

francois PALLARES

<pallares.f@orange.fr>

Pièces jointes
sam. 31 oct. 18:27

À pournotredebat

Salut à tout@s

J’ai été assez surpris de lire le texte de Chris Harman [Le prophète et le prolétariat, 1994] dont je ne connaissais que des extraits. Le texte du philo-islamiste masqué (pseudo, Timothy Peace) le complète parfaitement [L’impact de la « participation musulmane » sur le mouvement altermondialiste en Grande-Bretagne et en France, 2008]. Cela rappelle l’ouvrage 1984, d’Orwell : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force ». Je vais aborder quelques points un peu basiques et sans doute de manière moins « subtile » et « complexe » que ne le faisait Chris Harman. Veuillez excuser mes limites en scholastique.

1 La religion. Harman aurait pu économiser bien des lignes. Son « subtil » distinguo entre « l’islamisme des anciens exploiteurs » et « l’islamisme des pauvres », etc. était déjà parfaitement synthétisé par Karl Marx. À l’origine des réflexions du penseur allemand, la religion est un point nodal dont vont découler toutes ses théories sur l’analyse des illusions dans l’économie politique et l’histoire de la lutte des classes (cf. « Critique de la philosophie du droit de Hegel »). On retient de Marx, « la religion c’est l’opium du peuple », on oublie ce qui précède : « La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple ». Dans cette métaphore de la drogue, on n’a souvent voulu voir que la dépendance destructive de l’opium, mais on évacue un autre élément : l’opium est source d’illusion mais aussi de consolation et de plaisir pour le toxicomane C’est valable pour toutes les religions. Que les pauvres se soient accrochées au religieux (pour le judaïsme, pour le christianisme, l’islam, le bouddhisme, le culte des orixás, etc.), rien de surprenant. Encore convient-il de ne pas être dupe et de faire tout pour que les femmes et les hommes s’en libèrent au lieu de l’encourager. Gabriel Naudé dans Les Considérations politiques des coups d’Etat (1639) analysait déjà comment la religion était un instrument politique d’une efficacité redoutable. D’un certain point de vue, le nationalisme comporte un aspect religieux qui a la même fonction. Pétain, Franco, De Gaulle, Chirac, Poutine ou Erdogan en sont la parfaite illustration.

2 La Laïcité. Il est « de bon ton », chez nos nouveaux « rrrévolutionnairrres » de la regarder à présent avec aversion, comme un attirail réactionnaire (rien que ça !). Et de nous rappeler Jules Ferry, le colonialisme, le dressage chauviniste dans la perspective de la revanche, etc, etc… (bréviaire connu). La plupart n’en sont pas à un anachronisme ni à une confusion près, d’autant que lors du vote de la Loi de Séparation de 1905, Jules Ferry avait déjà été envoyé ad patres depuis douze ans ! Acquis de la bourgeoisie progressiste ? Peut-être… encore que. C’est en tout cas, un élément de l’Émancipation qui doit être revendiqué, à juste titre, par le mouvement ouvrier. En France, l’École publique, gratuite, obligatoire et laïque a permis (avant d’être mise à mal par la V e République), à des milliers d’enfants d’ouvriers réfugiés ou immigrés, algériens, arméniens, espagnols, italiens, polonais, ou à des enfants français d’origine populaire, d’accéder aux études sans être abrutis par la religion. Comme nombre de filles et de fils d’ouvriers, de réfugiés politiques espagnols, j’en ai fait l’expérience à Toulouse. Elle a permis aussi à des gens modestes de devenir des enseignants tout à fait remarquables. Albert Camus dans la lettre adressée à son instituteur Monsieur Germain en est la parfaite et émouvante illustration.

De plus, cette question, comme le prétendent souvent les médias, est loin d’être spécifiquement française. Aux USA, Jefferson parlait d’un « mur » entre l’Etat et la Religion ; aucun Etat de l’Union ne subventionne les établissements religieux… En Italie, en Allemagne, la question de la laïcité, s’est posée violemment au XIXe siècle, même si elle est restée inachevée. Idem au Portugal au XXe siècle. C’est la défaite de Napoléon III à Sedan qui permet aux troupes de Garibaldi et de Cavour de chasser le pape de son palais à Rome et d’achever l’unité italienne… En France, trente-quatre ans après le massacre de la Commune, le mouvement ouvrier était encore trop faible. Il a néanmoins servi d’appoint contre l’Égliseà la bourgeoisie radicale pour le vote de la loi de 1905 (Jaurès envisageait d’ailleurs cette alliance dans la perspective des retraites ouvrières). Au Mexique ou en Turquie, la bourgeoisie s’est sentie suffisamment puissante avec l’armée pour casser la religion sans avoir besoin de l’aide d’un prolétariat à peine naissant. En Espagne, la crainte par la bourgeoisie d’une classe ouvrière très organisée, a retardé jusqu’en 1931 le processus de laïcisation et sécularisation.

Mais ce n’est pas parce que la réaction parle de « liberté » ou de « laïcité » que cela signifie la même chose pour les exploités. Depuis quelques années, la droite et l’extrême-droite, ont concocté une « laïcité », à leur sauce ! Opération de récupération : ses anciens ennemis cléricaux et d’extrême-droite l’ont « redécouverte » pour mieux la défigurer et en faire une arme raciste contre les réfugiés et les immigrés. Ainsi cachent-ils sous le tapis la loi Debré de 1959 et les multiples atteintes à la loi de 1905 (amorcées, de fait, dès la fin de la Grande guerre). Quand ils s’en prennent aux prières de rues des musulmans… ils omettent les processions catholiques à Paris (Vendredi-Saint au Sacré-Cœur, messes associant les présidents de la République, etc.), à Lyon, à Lourdes, à Perpignan, en Corse ou en Bretagne, etc. Critiquent-ils le port du voile islamique ? Ils omettent aussitôt de signaler que ce n’est pas le cas dans les établissements catholiques sous contrat où, outre la possibilité du port du « hidjab » pour les élèves, les religieuses en habit et les curés en soutane, se promènent ostensiblement sous les préaux. Sans parler des croix dans les salles de cour (cf « Notre Dame de Sion » à Evry, dans l’Essonne…). Michel Onfray, en parfait charlatan réactionnaire « laïque », rejoignant par-là même Manuel Valls, ou Éric Zemmour, va même jusqu’à proposer d’expurger le Coran (que n’expurge-t-il les passages meurtriers de la Torah et de la Bible ?) et que l’Etat salarie et forme les imams (Penser l’Islam, pp. 124 et ss.). La question nécessiterait un long développement. Henri Pena Ruiz l’expliquerait bien mieux que moi.

3 Les acrobaties de Chris Harman. Son texte est certes ancien, mais d’aucuns (NPA, Sud-éduc, l’UNEF, La FI) continuent de s’en inspirer (« La preuve du pudding, c’est que ça se mange »). Derrière sa rhétorique historico-politique, ou plutôt sa prose scholastique, il prône tout simplement une « troisième voie » (mais attention, une « troisième voie…lutte de classe ! » - sic -) : « […] Sur certaines questions nous serons du même côté que les islamistes contre l’impérialisme et contre l’Etat. […]Là où les islamistes sont dans l’opposition, notre règle de conduite doit être : « avec les islamistes parfois, avec l’Etat jamais » […] Lorsque nous sommes du même côté que les islamistes, une de nos tâches est de polémiquer avec fermeté avec eux, de mettre en question leurs opinions - et pas seulement sur l’attitude de leurs organisations envers les femmes et les minorités mais aussi sur la question fondamentale, à savoir, avons-nous besoin de la charité des riches ou de renverser et détruire les rapports de classe existants […] ».

Harman affirme donc qu’on ne peut être absolument opposé aux islamistes… ni avec eux. Cela ressemble diablement au vieux dilemme d’André Malraux qui, refusant de dénoncer les crimes de Staline, escomptait l’aide de l’URSS en Espagne en 1936. À la fin il a fini par soutenir Staline… et Staline a fini par trahir la révolution espagnole. Les acrobaties « subtiles » de Chris Harman rappellent celles de Santiago Carrillo en 1977. Carrillo décidait cette année-là de jeter aux orties le drapeau républicain et de reconnaître la monarchie héritée du franquisme… et de s’écrier en gonflant les pectoraux : « Mais notre drapeau continuera à être rouge !... » Vieille ficelle de baratineur…. Dans sa conclusion Harman prônait le soutien aux islamistes chaque fois qu’ils s’opposeraient à l’Etat mais… « attention ! nous leur dirons que nous ne sommes pas d’accord avec la discrimination de la femme, etc… ». Les islamistes ont dû se marrer à l’écoute de propos aussi redoutables ! Diantre ! D’autant que si l’on compare les forces militantes des « Frères Musulmans » (milices, sicaires, maillage d’associations « caritatives », médersas), avec les cohortes efflanquées de Chris Harman… il y a de quoi rire… ou pleurer ! Signalons que Chris Harman se réfère à titre comparatif au mouvement péroniste en Argentine auquel les « révolutionnaires » auraient dû s’adapter. Le PC argentin l’a tenté, il s’y est brûlé les ailes. Le péronisme est toujours le cancer de ce pays depuis des lustres. Ernesto Laclau et Chantal Mouffe couraient (et courent encore - Laclau est décédé -) derrière ce gloubi-boulga indigeste, tout comme Jean-Luc Mélenchon et Pablo Iglesias de « Podemos ». Le monde des opportunistes est finalement bien petit…

Derrière cette course consistant à lécher l’arrière-train des islamistes, il y a aussi probablement l’illusion d’un « islam des lumières ». Or cet islam n’a jamais existé. Il n’y rien eu de comparable dans l’islam à la « théologie de la libération » que certains jésuites avaient prônée, encouragés par leur général, Pedro Arrupe (bâillonné par le pape Wojtyla - alias Jean-Paul II -). Depuis, la Compagnie de Jésus a été « normalisée » et bien normalisée. Preuve en est le pape Bergoglio (dit François) ; après le massacre à Charlie-Hebdo, il s’était montré « compréhensif », à sa façon, envers les assassins…. (cf. ses déclarations).

Hasard ? Chris Harman est mort au Caire en 2009. Le Caire était (et est) un des centres névralgiques de l’islam (« Université al-Aqsa », associations multiples des « Frères » et autres confréries de la « Salafia »). A l’évidence il faisait une conférence sous l’œil bienveillant des islamistes quand il a été frappé d’une attaque cardiaque (que le prophète Muhammad - que son nom soit trois fois loué - l’accueille en sa Demeure…). Sinon ils lui auraient cassé son meeting. J’ignore les circonstances, mais quand on voit qu’en Belgique, au Royaume Uni, en Suisse, en France, dans les universités, évoquer la liberté de pensée c’est prendre le risque de s’opposer aux nervis islamistes… Ainsi, depuis la fatwâ lancée par Hani Ramadan (le frère de Tarik), il n’est plus possible de jouer la pièce de Voltaire, Le fanatisme ou Mahomet le prophète (qui d’ailleurs avait été déjà censurée par l’Eglise catholique au XVIIIe siècle). Il n’est plus possible non plus de tenir dans les universités françaises un débat sur les écrits de Charb, assassiné par les islamistes… Charb devait sans doute être raciste ?... Et que dire de la jeune lycéenne Mila, obligée de quitter son établissement après le harcèlement islamiste dont elle était l’objet… La très réactionnaire et prétendue « laïque » Ségolène Royale avait osé dénoncer… « une adolescente qui manque de respect ». Oups !

Ah j’oubliais ! l’impayable Edwy Plenel tenant une conférence, à Brétigny-sur-Orge, avec le très honorable Tarik Ramadan, dans le cadre d’une Association « caritative » -sic- islamiste quelques jours après le massacre des dessinateurs de Charlie-Hebdo… Le tout assorti d’une tombola avec comme gros lot…un voyage pour deux… à La Mecque. On touche les sommets de l’abjection et de l’obscénité !

Cet aggiornamento des principes du combat de classe, cet amalgame entre lutte contre la religion (de fait, rétablissement du délit de blasphème, comme l’exige depuis des années l’OCI - Organisation de la Coopération Islamique -), cet accommodement avec l’islam, relève de l’opportunisme le plus bébête. Il n’est pas nouveau. Au moment où des forces réactionnaires semblent tout emporter sur leur passage, les opportunistes ont toujours cherché un accommodement avec elles. Ainsi le KPD proposait des alliances avec les nazis en 1932 (cf. Jan Valtin, Sans patrie ni frontières, Sebastian Haffner, Histoire d’un Allemand, Hippolyte Etchebehere, 1933 : la tragédie du prolétariat allemand - Défaite sans combat. Victoire sans péril -), le PC italien reprenait, quant à lui, le programme fasciste de Mussolini en août 1936 (cf. Palmiro Togliatti, Appel aux fascistes).

4 La manifestation du 10 novembre 2019, dite « Marche contre l’islamophobie ». Ce sont les islamistes qui étaient à la manœuvre, bien au chaud dans le « Collectif Contre l’Islamophobie en France » et dans l’UNEF. Petite coquinerie sympathique : ils ont demandé à Houria Bouteldja et au « PIR » (« Parti des Indigènes de la République ») de ne pas figurer dans l’appel. Elle s’est pliée gentiment à cet exercice afin que le texte ne soit pas trop marqué islamiste, raciste et antisémite… Opération réussie ! Nos « compagnons de route » ont mordu à l’hameçon ! On a même eu droit à de joyeux « Allahou akbar ! » en fin de manif…. Que le NPA, Solidaires, La FI, l’UNEF, certains Ecolos, se soient laissés entrainer dans cette dérive, cela en dit long sur la décomposition de la « gauche ». Courageux, mais pas téméraire, Philippe Martinez, pour la CGT avait signé mais n’est pas venu… Le plus cocasse est la présence d’anarchistes « new-look », l’UCL (Union Communiste Libertaire, produit de la fusion d’AL -Alternative Libertaire - et de la CGA - Coordination des Groupes Anarchistes-). Quand on sait que les militants d’« Alternative Libertaire » étaient taxés par certains de leurs ex-camarades de « trotskistes de l’anarchisme », ce n’est guère flatteur ni pour les anarchistes ni pour les trotskistes… Il y a de cela fort longtemps, une branche de la CNT de Paris avait explosé sur un sujet baroque : fallait-il ouvrir une salle de prière pour les ouvriers africains musulmans dans les locaux syndicaux ? Gageons que ces dérives annoncent l’effondrement de tous ces groupes. On a vu le prix qu’a dû payer le NPA pour la présentation en 2010 d’une candidate islamiste voilée…Mais ça ne fait rien ! Ils persévèrent ! « Errare humanum est, perseverare diabolicum… »

L’écrivain et militant, Didier Daeninckx, porte un jugement tout à fait pertinent sur ces dérives dans un article tout récent : Dénonciation de l’islamophobie ? Pas en mon nom ! « […] Toutes ces trahisons, tous ces abandons, ont désarmé la gauche dans une combat essentiel », Le Monde 29/10/2020. Quand on sait que son roman Meurtres pour mémoire, avait permis de populariser la dénonciation du massacre des Algériens du 17 octobre 1961, il faudrait donc considérer que comme dans les cas de Charb, de Cabu ou de Wolinski, Didier Daeninckx serait un fieffé raciste et un affreux réactionnaire ?!

5 Le nouvel islamisme et ses « compagnons de route ». Je le répète et j’en suis convaincu : ces groupes, voire partis, se disant « révolutionnaires », ne font qu’assurer le service des islamistes. Comment ne pas se souvenir avec tristesse du lamentable « Il ne faut pas désespérer Billancourt » ? Ces gens, honteux sans doute, de leurs origines bourgeoises ou petites-bourgeoises, ne manifestent que de la condescendance et de la commisération envers les travailleurs immigrés et exilés. Croyant combattre le racisme ils nourrissent une idéologie criminelle, l’islamisme. Cette idéologie est une barbarie produit de la barbarie du Capitalisme globalisé. L’islam des origines n’a que peu de rapport avec cette dérive nouvelle … encore que toute religion porte en germe la barbarie… L’islam des Omeyyades, des Abbassides, de Al Andalús (voire celui des Almohades ou des Almoravides), ou de l’Empire Ottoman de Soliman, correspondaient à de grandes civilisations… avec, c’est certain, des aspects aussi affreux qu’en Occident, tels que l’Inquisition, les guerres de Religions, la mise à mort de Giordano Bruno, de Miguel Servet ou du Chevalier de la Barre…

Mais nous sommes confrontés à présent à une évolution de certains courants de l’islam aux dimensions de la barbarie Globalisée du Capitalisme. La majorité des familles populaires musulmanes cherchent surtout à vivre en paix. Mais la diffusion de signes politico-religieux (port de la barbe, « hijab », « sarouel », « burqa », « niqab », etc.) montre que ces courants se sont infiltrés partout. En Algérie, à Oran ou à Tlemcen (je parle de 1974), pour les rigoristes, le « voile » était une sorte d’ample toge blanche qui enveloppait entièrement le corps des femmes (elles regardaient d’un seul œil). Au Maroc, c’était un genre de tulle semi transparent qui couvrait le visage Le « hidjab » actuel est une « mode » importée d’Egypte par les « Frères Musulmans ». Ce « hidjab » est de fait (consciemment ou pas) devenu un signe politico-religieux instrumentalisé par les « Frères ». En quelques décennies, il a gagné le Maghreb, l’Europe et l’ensemble du monde. Inutile de développer sur l’exotisme afghan de la « burqa » du « nikab » et autres semblables signes politico-religieux… Inutile de discourir pour savoir si le voile figure ou pas dans le Coran (et même s’il y figurait, cela importe peu). Parenthèse, c’est au nom de l’islam qu’a été à nouveau légalisée, depuis quelques années l’excision en Egypte ! Alors que rien ni dans la « charia », ni dans les « hadiths », ni dans le Coran ne le prescrit. Comme quoi, au nom de la religion on peut nous faire avaler les plats les plus indigestes. Gamal Abdel Nasser s’était moqué en public de l’obligation de porter le voile (cf. Youtube). Quant à Mustapha Kemal Atatürk, ses positions étaient on ne peut plus « subtiles », nuancées et « complexes » : « L’islâm, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. Il est possible que ceci (l’islâm) ait convenu à des tribus du désert, mais pas à un état moderne orienté vers le progrès. La révélation de Dieu ! Il n’y a pas de Dieu ! Il n’y a que des chaînes avec lesquelles les prêtres et les mauvais souverains emprisonnent le peuple ». Le problème étant que les successifs gouvernements français n’ont cessé de fournir massivement des armes à des États qui nourrissent le terrorisme islamiste comme le Qatar, l’Arabie Saoudite ou le Pakistan. L’exemple de ce dernier est assez illustratif ; depuis des dizaines d’années il a opéré des coupes claires dans l’Éducation. Par contre il a subventionné massivement la construction de milliers de « madrasas » et protégé Ben Laden. Dans ce cadre, prétendre combattre le terrorisme islamiste est illusoire.

Je n’ai pas le temps de développer ici, mais d’autres religions semblent évoluer dans le même sens : extension de « l’Opus Dei », de la « Légion du Christ » de Marcial Maciel (soutenu par le pape Wojtyla), des charismatiques ou des courants évangéliques… Les indouhistes en Inde prennent le même chemin ainsi que les bouddhistes massacrant allègrement les Rohingyas en Birmanie….

En conclusion

Lambert pensait noyauter la social-démocratie comme tactique de construction du parti… Si l’on considère ce que sont devenus les Cambadélis, les Jospin, les Dray ou les Weber, de manière amusante, on a plutôt assisté à « l’entrisme » de la social-démocratie chez les trotskistes ! Certains innocents croient faire « de l’entrisme » chez les islamistes, ils finiront dans leur escarcelle. Nos nouveaux « compagnons de route » ne sont finalement que des « idiots utiles » au service d’une idéologie criminelle. Les anciens crypto-staliniens sont devenus des phanéro-islamistes.

J’en ai assez des termes d’apitoiements : les « mamans voilées » ! Et pourquoi pas les « papas barbus » ?! Pourquoi passer du terme « mère » à « maman » ? On a compris le tour de passe-passe. Cela rappelle par trop l’expression misogyne et compassionnelle de la sortie d’école, « l’heure des mamans » ! On entend la petite voix derrière : « vous comprenez ce sont de pauvres mamans, des mamans pauvres… » Que signifient ces justifications voilées et ces sous-entendus ? Mais enfin ! à Toulouse, dans les années 45-50, on pouvait être fille ou fils d’ouvrier@s espagnol@s réfugié@s, on vivait dans des mansardes sans eau courante, ce n’est pas pour ça qu’on est devenu des assassins fanatiques islamiques !

J’en ai également assez de l’injonction du « Pas d’amalgame ! » qui vise à culpabiliser tout un chacun sur un supposé racisme. À chaque massacre (Atocha à Madrid, Ramblas de Barcelone, Londres, Casablanca, Charlie-Hebdo, Hyper-Casher, Marrakech,Tunis, massacre d’enfants juifs de l’école Otzar Hatorah de Toulouse, Bataclan, Promenade des Anglais à Nice, vieux prêtre de Saint Etienne du Rouvray, professeur de Conflans égorgé, assassinat de fidèles à la cathédrale de Nice, etc etc .), nos « idiots utiles » nous serinent « Pas d’amalgame ! ». Ce « Pas d’amalgame ! » est TOUJOURS accompagné d’un mensonge par omission : surtout, surtout, ne pas parler du « fanatisme religieux » ou du « terrorisme islamiste » ! Cela résonne fâcheusement à nos oreilles comme un déni, une forme de complicité avec les criminels. Ce qui est grave c’est que l’on tente de trouver des excuses à des assassins qui ne peuvent qu’être un obstacle à l’Émancipation des femmes et des hommes en Europe et dans les pays qui l’on dit musulmans.

Le plus grave c’est que, par leurs mensonges par omission, leur condescendance christique envers les pauvres, leur confusion entre lutte anti-raciste et combat contre la religion, ils ouvrent un boulevard à l’extrême-droite. La politique a horreur du vide, disait l’autre… Le terrain de la liberté de penser et de la Laïcité est à présent investi par la réaction, au moment où le fanatisme et le terrorisme religieux islamiste sèment l’effroi parmi les salariés, les chômeurs, les retraîtés et les jeunes de toutes confessions ou athées. L’irruption de commandos tchétchènes et de « Loups gris » turcs, n’annonce-t-elle pas le temps des milices fascisantes en France même ? Il est à craindre que cela ne se poursuive.

Salut.

Francisco Pallarés Aran St Michel-sur-Orge, 31 octobre 2020

NB.Note sur l’assassinat par un terroriste islamiste de Monsieur Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie, à Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre 2020.

Monsieur Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie, a été laissé seul face à une campagne de lynchage organisée par les islamistes et fondée sur le mensonge d’une enfant manipulée. Sa hiérarchie, mais aussi ses propres collègues, se sont tus ! On a même osé lui demander de s‘excuser ! Une Inspection vie scolaire était programmée… contre lui, à l’évidence. Pas de pétition, pas de délégation de la moindre section syndicale de son établissement. Rien ! L’appel intersyndical à la manifestation de la Place de la République ne mentionnait même pas le responsable de l’assassinat : un terroriste islamiste. Rentrée scolaire lundi 2 novembre 2020 : le gouvernement hésite sur « l’hommage » -sic- au professeur assassiné : minute de silence orchestrée ? chaque enseignant, seul dans sa classe ?

Dans n’importe quelle corporation (transports, hôpitaux, usines, bureaux…) quand un@ salarié@ est agressé@ ou pire, comme dans ce cas, assassiné@, ses camarades ont recours à la grève. Par solidarité, oui, mais aussi pour se défendre. Pour la rentrée, ce lundi 2 novembre 2020, il y a certes un préavis de grève intersyndical pour les personnels de l’Éducation (CGT, FO, FSU, SNALC, SUD) par rapport au Covid 19… et une vague demande de banalisation de la matinée pour rendre hommage à Samuel Paty. Pas d’appel clair national à cesser le travail en signe de solidarité et de rejet du terrorisme islamiste ! Chaque établissement adoptera les modalités qu’il voudra ! Ils veulent éviter le crime et le déshonneur ? Ils auront les deux… et la peur en plus, car ça risque de continuer.


Quelques ouvrages de référence

Adonis, Violence et islam. Entretiens avec Houria Abdelouahed.

Waleed Al-Husseini, Une trahison française : les collaborationnistes de l’islam dévoilés.

Antoine Basbous, L’Arabie Saoudite en guerre.

Djemila Ben Habib, Ma vie à contre - Coran. Une femme témoigne sur les islamistes.

Djemila Ben Habib, Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident.

Jean Binbaum, Un silence religieux. La gauche face au djihadisme.

Jean Boulègue, Le blasphème en procès. L’Église et la Mosquée contre les libertés.

Charb, Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes.

Henry Corbin, Histoire de la philosophie islamique.

Didier Daeninckx, Municipales, banlieue naufragée.

Chahdortt Djavann, Que pense Allah de l’Europe ? Caroline Fourest, Frère Tarik. Discours, stratégie et méthode.

Ayaan Hirsi Ali, Insoumise.

Jean Jaurès, L’Église et la Laïcité.

René Kalisky, Le monde arabe à l’heure actuelle.

Eddy Khaldi, Muriel Fitoussi, Main basse sur l’École publique.

Maurice Larkin. L’Église et L’État en France. 1905 : la crise de la Séparation.

Les amis de Juliette et du Printemps, La race comme si vous y étiez ! Une soirée de printemps chez les racialistes.

Benoît Mély, La question de la séparation des Églises et de l’École dans quelques pays européens. Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie.

Alain Morvan, L’honneur et les honneurs. Souvenirs d’un recteur « kärcherisé ».

Henri Pena Ruiz, La Laïcité.

Marceau Pivert, L’Église et L’École.

Boualem Sansal, Gouverner au nom d’Allah. Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe.

Nedjib Sidi Moussa, La fabrique du musulman.

Voltaire, Le Fanatisme ou Mahomet le Prophète.

*
**

Re :[pournotre debat] Chris Harman et le terrorisme islamiste
Boîte de réception

’FISCHER BERNARD’ via pournotredebat
sam. 31 oct. 18:58

À pournotredebat@googlegroups.com

C’est toujours la même discussion depuis Trente ans. J’écrivais de nombreux messages politiques personnels relatifs à cette question mais, quand on écrit des messages, les islamophobes ne les lisent pas et ils ne répondent donc pas aux Arguments. Je résumerai donc en treize Mots. Charlie Hebdo est un média d’extrême droite depuis au moins quinze Ans. Bernard

*
**

francois PALLARES

<pallares.f@orange.fr>

Pièces jointes
dim. 1 nov. 11:08

À pournotredebat

Oubli d’ouvrages intéressants (à mon avis), même si les thèses sont souvent opposées :

Gilles Kepel et Antoine Jardin, Terreur dans l’Hexagone, Genèse du djihad français.

Hugo Micheron, Le Djihadisme français.

Bernard Rougier (sous la direction de), Les territoires conquis de l’islamisme.

Olivier Roy, Le Djihad et la mort.

A+

FPA

*
**

Exercices de philologie
Boîte de réception

Marc Boyer
dim. 1 nov. 15:35

***

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Portail

Sites utiles :

A l'encontre

Revue Prométhée

Netoyens

Marx au XXI siècle